Candida albicans, alimentation vivante, développement personnel… En marche vers la guérison ?

Mon parcours

En septembre dernier, j’ai partagé avec vous un gros bout de moi. Des souffrances quotidiennes, d’œsophage, d’estomac, d’intestins… Tout le temps froid. Le nez qui coule en permanence. Des règles anarchiques. Des mycoses au pied. Une fatigue chronique et un état dépressif récurrent. Que du glamour ! Je pensais alors avoir trouvé la solution à tous mes maux, grâce à une homéopathe qui, grâce à des tests urinaires et sanguins, était parvenue à mettre le doigt sur un responsable : une vilaine levure nommée candida albicans.

Mon témoignage a rencontré un succès auquel je ne m’attendais pas et tour à tour, vous m’avez non seulement encouragé et soutenu, mais aussi, et surtout, vous avez été nombreux à vous livrer à moi, via mon blog, les réseaux sociaux ou ma messagerie électronique. J’ai été touchée et très émue par vos messages, tantôt drôles, tantôt fragiles, tantôt douloureux… Il est vrai que je suis pudique, et réservée. Je n’aime pas me dévoiler, de peur d’être blessée, comme cela a souvent été le cas par le passé. Et puis, je souhaite que mon blog reste un lieu de partages culinaires, contribuant à végétaliser vos assiettes. C’est ma petite pierre à l’édifice, en somme.

Alimentation vivante - stage Irène Grosjean novembre 2015

Seulement voilà, vous avez été tellement nombreux à trouver un écho dans mes propos, que je ne peux m’arrêter là. Car depuis la rentrée, ma vie a changé. Ou du moins, elle est en cours de transition, douce et progressive. Je fais partie de ceux qui pensent que tout arrive pour une raison. Et c’est pourquoi, lorsque j’ai découvert qu’un candida proliférait en moi, je lui ai souri. Pas le premier ni le deuxième jour, certes. Au début, j’étais abattue. Mais préférant voir le verre à moitié plein plutôt que vide, j’ai saisi cette opportunité pour approfondir mes connaissances en matière de nutrition et de développement personnel.

Je souhaite que vous compreniez bien d’où je pars, pour noter que la transformation qui opère actuellement en moi n’est pas anodine. Seule végane de ma famille et de mon entourage, j’ai grandi dans un environnement plutôt classique, où les termes « graines germées » et « yoga » étaient réservés à des soixante-huitards. Si ma mère avait un penchant pour la cuisine plutôt saine et plutôt bio, je m’enfilais des petits écoliers pour le goûter et j’avais la main lourde sur le café. Quant au sport et à ma vie spirituelle… Disons que je préférais passer mes dimanches à regarder des films sous ma couette.

Alimentation vivante - stage Irène Grosjean novembre 2015

Parfois, le samedi, nous allions faire du shopping au centre commercial. Quelque chose que j’ai en horreur désormais, mais dont je raffolais alors. J’engouffrais fromages et steaks tartare à vive allure et je descendais des bouteilles de rouge ou de blanc un peu trop souvent, la clope au bec. Je ne pointe rien du doigt, j’explique juste d’où je viens, pour que vous compreniez un peu mieux le chemin que j’ai parcouru en quelques années seulement. Par ailleurs, les informations qui suivent ne doivent pas être considérées comme un avis médical ou de santé. Les informations que je partage dans cet article, sur mon blog et mes publications, résultent simplement d’une approche entièrement personnelle bien que documentée.

En 2012, j’ai fait le choix du végétalisme, pour les animaux. Un parcours que j’ai raconté plusieurs fois, notamment sur le blog d’Antigone, et sur lequel j’explique aussi comment je suis venue à quitter ma région parisienne natale pour m’installer dans le Sud-Est de la France avec mon mari, quittant job, famille et amis au passage, non sans difficulté. Peu après, j’ai troqué les aliments industriels pour des produits de plus en plus bio et locaux, revoyant au même moment ma façon de consommer, visant à adopter des gestes plus verts et responsables.

Alimentation vivante - stage Irène Grosjean novembre 2015

Pour des raisons de santé, j’ai également arrêté de manger du gluten et du sucre raffiné. Mes loisirs se sont peu à peu également modifiés : de sérial shoppeuse, je suis passée à randonneuse occasionnelle, pratiquant de temps en temps la natation, après un bref passage par la course à pied. J’ai arrêté, repris, puis re-arrêté le café, l’alcool, les sodas et le tabac.

Petit à petit, tous les aspects de ma vie ont été sensiblement modifiés. Au début de l’année 2015, je m’interrogeais sur l’alimentation vivante et ses bienfaits. De plus en plus stressée, j’ai cherché des solutions douces pour calmer des angoisses, et c’est ainsi que mon intérêt s’est naturellement porté vers le jeûne, la méditation, les énergies et le pranayama. Et puis, cet été, tout s’est enchaîné. Juillet et août ont été particulièrement douloureux pour moi, physiquement et mentalement. Mon corps et mon esprit ont pris un sacré coup. C’est pourquoi, je me suis activement mise en quête d’un mieux, ne pouvant plus continuer à souffrir ainsi.

Alimentation vivante - stage Irène Grosjean novembre 2015

De nombreuses fenêtres se sont présentées à moi. Contrainte et forcée de remettre mes habitudes en question à cause de mon candida, je les ai interrogées, l’une après l’autre. J’ai ainsi pratiqué un jeûne de six jours, durant lequel j’ai compris le pouvoir des énergies et de la méditation, entre autres. Par ailleurs, j’ai reçu la visite de mon amie Emma, avec qui j’ai toujours été puissamment connectée et qui m’a fait découvrir le reiki, qu’elle pratique, ainsi que les « 5 tibétains », qui sont désormais la première chose que je fais le matin (je détaille cela un peu plus loin). Nous avons eu la chance d’écouter les messages d’amour de la figure spirituelle et humanitaire indienne Amma, de passage à Toulon et, dans le même temps, ceux d’Irène Grosjean à Graveson. Deux événements qui ont constitué un tournant.

Mon régime anti-candida

Avant le stage chez Irène, je m’étais documentée à fond les ballons sur les candidoses, la manière dont on pouvait les éradiquer, le régime drastique qu’il fallait suivre à la lettre, les nombreux compléments alimentaires qu’il fallait avaler… Je pensais être au point et tout connaître sur le sujet. Comme beaucoup de personnes, j’étais à bloc et je suivais joyeusement le célèbre régime prodigué en cas de candida albicans, un régime dont je vous avais expliqué les grandes lignes, dépourvu de sucres (même les fruits), chocolat, alcool, thé, café, épices fortes, champignons, levures, miso, tamari, légumes sucrés, amidonnés ou acides, vinaigre, moutarde, cacahuètes, pistaches et noix de Grenoble, gluten et ses dérivés. Un régime qui s’est rapidement transformé en combat contre moi-même, un régime qui peut s’avérer dans certains cas dangereux, et contre lequel je suis aujourd’hui en colère, qui sème la zizanie chez bien des personnes, poussant parfois à l’anorexie et que je déconseille fortement, surtout s’il n’est pas encadré par un naturopathe compétent.

Si j’ai relevé le challenge pendant deux mois, je ne me sentais pas vraiment mieux. Pire, j’étais encore plus fatiguée qu’avant, avec parfois ce sentiment flippant de dépérir tout doucement… Par ailleurs, dopée aux compléments alimentaires, j’avais l’impression de passer mes journées à avaler des comprimés. Moi qui déteste les médicaments, je n’étais pas franchement ravie. Mais voilà, comme beaucoup, je pensais vraiment bien faire. J’étais motivée, déterminée… Et puis Irène m’a ouvert la voie, la bonne voie d’après mon expérience.

Alimentation vivante - stage Irène Grosjean novembre 2015

Ce n’était pas la première fois que le message d’Irène Grosjean me touchait ainsi. L’hiver dernier, déjà, j’avais été sensibilisée à ses propos par le biais d’un article dans la presse et d’une vidéo sur son site Internet, qui avaient profondément raisonnés en moi. Comme beaucoup, j’avais alors clamé que « le cru, c’est bien, mais ce n’est pas pour moi », après une courte bien que toutefois joyeuse aventure. Je ne dois pas vous cacher que l’alimentation vivante me faisait peur majoritairement à cause de mon métier. Créatrice culinaire, ce sont mes recettes qui me font vivre, à travers mes livres, mes créations… Si je ne cuisine plus, que me reste-t-il à faire ?

Familière avec le mécanisme de la peur depuis mes TPE (travaux personnels encadrés) sur le thème du racisme en classe de Première, je sais que c’est un sentiment puissant, qui peut paralyser et entraîner un violent rejet de quelque chose ou quelqu’un. Je sais aussi que toutes les excuses sont bonnes face à un changement. C’est pourquoi, à mon arrivée chez Irène, j’ai laissé de côté mes doutes et mes craintes et je lui ai fait confiance, tout simplement. Naturopathe depuis des décennies, madame Grosjean a soigné bon nombre de maladies grâce à une alimentation saine et naturelle, à base de fruits et de légumes non transformés. Si elle avait guéri des cancers en pagaille, elle allait bien m’aider à me sentir mieux, non ?

Alimentation vivante - stage Irène Grosjean novembre 2015

Ces trois jours de stage ont été d’une intensité et d’une richesse exceptionnelles, comme vous pouvez le constater à la lecture de l’article qu’a rédigé Emma à notre retour, et que je vous laisse découvrir sur son blog. En plus de l’enseignement reçu et des techniques culinaires observées, nous avons rencontré des personnes formidables, d’horizons différents.

Ma première question à Irène Grosjean, le vendredi en fin de journée, a été la suivante : « On m’a diagnostiqué un candida albicans. Puis-je manger des fruits ? » La réponse de la naturopathe ne s’est pas faite attendre : « Mais oui, tu peux tout manger ! Du moment que c’est cru !! » Entendez par cru : fruits, légumes et oléagineux. Ann Wigmore, surnommée affectueusement aux États-Unis « la grand-mère de la raw food » et dont j’ai récemment découvert le travail par le biais du Chou Brave, était d’avis, tout comme Irène Grosjean, que chacun est responsable de sa propre santé. Elle encourageait la formation personnelle dans les domaines de la nutrition, de la santé, et de la physiologie.

Alimentation vivante - stage Irène Grosjean novembre 2015

La méthode d’Irène Grosjean est très simple et convient à toutes les maladies (mais pas tous les malades, dit-elle). Des fruits et des légumes crus, en abondance, selon ses envies ! Comme la plupart d’entre nous, suite à mon entrée dans le monde végétal, j’ai emmagasiné tout un tas d’informations sur les vitamines et les minéraux afin d’éviter les carences. C’est pourquoi les conseils d’Irène ont eu l’effet d’une bombe sur moi : tout ce que j’avais appris par cœur n’avait plus de sens, mes sources étaient biaisées, j’avais tout à réapprendre, à commencer par ceci : écouter mon corps, lui faire confiance !

Quand Irène détaille le fonctionnement du corps humain, des cellules et de leurs humeurs (comprenez, le liquide lymphatique dans lequel nos cellules baignent), l’alimentation vivante apparaît comme une évidence. Et l’on saisit la manière dont la viande, les produits laitiers et les céréales (gluten, pas gluten) encrassent notre organisme, engendrant un excès d’acide urique et de viscosités (ou « colles ») dans notre système. Notre organisme est alors usé, fatigué, cafi (pour parler en marseillais) de résidus, il fonctionne mal et, grosso modo, c’est la porte ouverte à tous les maux.

Alimentation vivante - stage Irène Grosjean novembre 2015

Que l’on adhère ou non à son message, porté également par l’association Le Chou Brave, la comédienne ArmelleThierry CasasnovasMatthieu Gallant et bien d’autres, il est nécessaire, il me semble, de se lancer avant de critiquer. Personnellement, quand je suis arrivée chez Irène, je n’avais pas mangé de sucre depuis deux mois, j’étais à bout physiquement et nerveusement, et ses mots, illustrés par de nombreux exemples de patients sauvés, ont su m’interpeller. Tout comme la corbeille de fruits présente devant moi. Je n’oublierai jamais le goût de la banane et du kaki dévorés ce soir-là !

Les bienfaits du cru

Outre les bienfaits sur nos organes, je découvre à l’alimentation vivante tout un tas d’atouts non négligeables. Car si la consommation de fruits et de légumes crus rétablit et préserve l’équilibre acido-basique de notre corps, favorisant ainsi l’élimination des déchets accumulés dans l’organisme, et prévenant certaines maladies, elle procure une énergie tout au long de la journée que je ne me connaissais pas ! Plus besoin de café ou de thé pour carburer, la seule consommation de fruits, jusqu’en fin de journée, me permet de réaliser mes tâches quotidiennes avec vitalité, la joie et la bonne humeur en plus. Ma concentration est améliorée, tout comme la qualité de ma peau, de mes cheveux et de mes ongles. Mon poids se stabilise enfin, et les mots « gaz, ballonnements, constipation » ont enfin été éradiqués de mon vocabulaire, en tous cas en ce qui me concerne.

Alimentation vivante - stage Irène Grosjean novembre 2015

Mes problèmes de digestion se résorbent peu à peu, et mon stress est diminué, bien que je ne sois pas encore guérie ni libérée. Par ailleurs, je produis moins de déchets et mes courses sont simplifiées, tout comme mes repas. Je ne cours plus dans les magasins en quête d’un sachet de quinoa soufflé ou un morceau de tempeh fumé, la coopérative de fruits et légumes où j’effectue mes achats m’adore, mon compost aussi ! Alors qu’après chaque repas je me sentais lourde et nauséeuse, désormais, je mange des fruits tout au long de la journée et je me régale. En plus de ça, c’est facile à transporter et ça ne nécessite ni de temps de préparation ni de vaisselle. Le soir, je développe ma créativité et mon sens artistique par la confection de plats « crusinés » plus colorés les uns que les autres, si bien que je comprends enfin la pétillante FullyRaw Kristina qui s’extasie devant la moindre verdure.

D’ailleurs, je ne loupe plus une occasion de venter les bienfaits de tel ou tel fruit ou légume à mon mari (« non, mais tu te rends compte ?! La betterave ça nettoie le sang quoi !!!). Eh non, il ne m’a toujours pas quittée, merci de demander ! ;-) Pour tout vous dire, c’est le premier à me réclamer des purées de fruits le matin et à bouder son paquet de biscuits du commerce au goûter. S’il n’a pas fait ses adieux à ses chips chéries, il sirote sans sourciller un verre de green smoothie, et avale avec enthousiasme mon cheesecake de cajou aux olives noires et à la coriandre et mes nouilles de courge, pesto d’épinards, fromage de cajou, tomates séchées, coco et curry.

Alimentation vivante - stage Irène Grosjean novembre 2015

Comprenez bien, je ne suis pas en train de vous ordonner de lâcher votre barquette de frites et votre muffin double chocolat au profit d’un taboulé de panais et chou-fleur, ou d’un carrot cake sans cuisson aux épices, quoique… Je ne me revendique ni « frugivore » ni « crudivore ». Les étiquettes m’agacent de plus en plus. D’ailleurs, je me délecte encore très souvent de légumes cuits, et parfois, si je suis invitée chez des amis, je fais quelques exceptions. Je ne sais pas comment je me nourrirai dans 6 mois, un an, cinq ans. Je cherche simplement à vous raconter le chemin que j’ai emprunté pour retrouver la pleine santé alors qu’hier à peine, je rangeais les passionnés de jus d’herbe de blé et autres joyeusetés dans la catégorie « fada » (pour reprendre mon parler marseillais). Parce qu’il se peut que ce parcours, mon parcours, vous inspire et vous donne l’envie de tester, vous aussi. Après tout, ça ne coûte rien, non ?

Candida albicans : un symptôme parmi tant d’autres ?

En septembre dernier, lorsque mon homéopathe m’a révélé la découverte d’une dysbiose (ou déséquilibre du microbiote‎), je pensais avoir mis le doigt sur ce qui me tourmentait depuis toutes ces années. Je suis alors partie en guerre contre mon candida albicans (et contre moi-même), m’armant d’articles, de témoignages, de vidéos et d’une volonté de fer. Pendant presque 3 mois, je me suis convaincue que seule une alimentation adéquate réussirait à me guérir, optant dans un premier temps pour une alimentation anti-candida « classique », puis pour une alimentation vivante, à 100%. En bonne élève, j’avalais toutes les informations que je pouvais dégoter sur le sujet, ainsi qu’une bonne dose de compléments alimentaires. J’ai dépensé un argent fou pour me réparer, et je me suis privée de nombreux aliments, tout cela pour la bonne cause. C’est du moins ce dont j’étais persuadée.

Alimentation vivante - stage Irène Grosjean novembre 2015

Surfant sur le web un beau matin, je suis tombée sur une première vidéo de Thierry Casasnovas, chef de file de l’alimentation vivante en France. Puis une seconde, qui m’a réveillée (si certains propos de cet homme sont controversés, d’autres me paraissent très justes : avant de tout absorber ou tout rejeter en bloc, il est important d’utiliser son sens critique, de faire des recherches, etc.). D’après lui, si j’étais tout le temps fatiguée, si j’avais froid, si mon humeur était instable, c’est que j’étais épuisée nerveusement. Vu la vie que je menais depuis quelques temps, ses propos m’ont paru sensés. J’ai rapidement compris que mon candida albicans n’était qu’un symptôme parmi d’autres, une conséquence de mon mode de vie rapide, toxique, pollué. Il est vrai que je m’étais interrogée sur sa prolifération dans mon organisme, tant mon alimentation était saine. J’avais songé à la responsabilité du stress, et puis j’étais passée à autre chose. Thierry confirmait mes doutes : j’étais à bout.

Je suis perfectionniste. Je suis ultra-organisée. Je veux toujours tout faire, et vite. Certains disent même que je suis instable ou encore extrême, passons. Depuis plusieurs années, et notamment depuis l’ouverture de mon blog, j’ai le sentiment d’être sur tous les fronts. Je me pousse, sans cesse. Je mène plusieurs projets en même temps. J’ai le nez constamment fixé sur un écran, petit ou grand. Je veux donner le meilleur de moi-même et je suis exigeante. Je ne m’accorde aucun repos. Seulement, je ne suis pas dotée de super-pouvoirs, et mon corps me somme d’arrêter. Moi qui refusais de l’écouter, je suis arrivée à un stade où je n’ai plus le choix. J’ai 30 ans et je suis toute abîmée. Une alimentation adéquate ne réussit pas, à elle seule, à me remettre sur pied. Ne m’en voulez donc pas si je prends peu à peu de distance

Alimentation vivante - stage Irène Grosjean novembre 2015

Hygiène de vie

Le corps étant relié à l’esprit, le tout ne faisant qu’un contrairement à ce que l’on veut parfois nous faire avaler, j’apprends depuis quelques temps à me calmer. C’est difficile. Plus difficile que de maintenir le cap du cru. Mes premières méditations étaient un fiasco, étant dans l’impossibilité de faire taire mes pensées toxiques. C’est la pratique quotidienne des « 5 tibétains » qui m’a permis d’évoluer. Également appelés « 5 rites tibétains », cette série d’exercices, au nombre de (surprise !) cinq, constituent une pratique physique et respiratoire puissante dont les effets se sont fait ressentir très rapidement. Non seulement j’ai retrouvé de la souplesse et des abdos, mais en plus j’ai redécouvert un entrain perdu depuis longtemps.

Grâce à Irène, je travaille également sur mon souffle, une bonne respiration étant primordiale au bon fonctionnement de notre corps. « Nous respirons pourtant du bout du nez », déplore-t-elle. J’ai également suivi ses conseils en matière de purge et l’huile de ricin ne me fait plus peur. Si vous êtes novice en la matière, sachez que nos organismes sont tellement encrassés qu’il peut s’avérer nécessaire de les vider de leurs toxines. Un grand nettoyage peut alors s’imposer. Pour en connaître les modalités, je vous invite à consulter l’article de Marie-France à ce sujet. Je crois que toutes les personnes qui ont suivi le stage d’Irène ont cela en commun : elles discutent désormais de caca sans aucune retenue ni tabou !

Alimentation vivante - stage Irène Grosjean novembre 2015

Vous avez été nombreux à faire appel à mon expérience en ce qui concerne le traitement du candida albicans et je suis très touchée de la confiance que vous m’accordez. Si je ne suis pas médecin et que mes recommandations ne doivent pas être considérées comme un avis médical ou de santé (prenons notre santé en main et soyons-en responsables, ne suivons pas sans réfléchir les conseils des uns et des autres, aveuglément : retrouvons notre esprit critique et faisons confiance à notre ressenti, à notre propre jugement !), je vais tout de même partager avec vous le fruit de mon expérience et de mes recherches, en espérant que mes propos puissent vous êtes utiles, ce matin ou dans quelques mois (parfois, on n’est tout simplement pas prêt à entreprendre certaines choses, et il faut savoir aussi respecter cela). J’insiste sur le fait que je ne suis sponsorisée par aucune société, et que les marques que je cite sont celles que j’estime correspondre à mes besoins, et peut-être les vôtres aussi.

Tout d’abord, quand je me suis lancée dans mon régime anti-candida, en septembre dernier, j’avais bien pris note de la nécessité de ne pas faire les choses à moitié : le moindre gramme de sucre suffisait en effet à faire revenir l’armée de petites levures que l’on avait laborieusement réussi à chasser, c’était donc TOUT ou RIEN. Aujourd’hui, j’ai compris que c’est un peu plus subtil que cela.

Alimentation vivante - stage Irène Grosjean novembre 2015

La première chose à mettre en place, d’après moi, c’est une purge, suivie d’une monodiète de fruits de saison, d’une cure de jus de fruits et de légumes ou d’un jeûne à l’eau, selon vos capacités. Il faut savoir aller à son rythme, c’est primordial. Aussi, si vous ne vous sentez pas prêt, ne vous brusquez pas. Et puis si vous avez des soucis de santé, consultez votre médecin avant de vous lancer dans quoi que ce soit.

Ensuite, drainez votre foie et vos reins, qui souffrent depuis trop longtemps, et boostez votre transit. Pour cela, je vous recommande les infusions bio Romon Nature, au goût très agréables, et notamment « Bien-être du foie », « Transit » et « Détox ». Les ampoules « Drainaflore » de Super Diet ont beaucoup aidé mes reins à retrouver une fonction (et une couleur !) optimale. Si vous n’allez pas à la selle quotidiennement, les comprimés « Hygiaflore » de Super Diet faciliteront votre transit, et par là même, l’élimination des toxines et bactéries.

Alimentation vivante - stage Irène Grosjean novembre 2015

Une bonne élimination est indispensable à une bonne hygiène de vie. Aussi, je vous recommande sport, hammam et sauna pour faire transpirer votre peau, ainsi que le brossage quotidien, à sec, de votre corps.

Faites le plein également d’ail, de gingembre et de curcuma frais, de cannelle, ainsi que de noix de coco sous toutes ses formes. À ce propos, en fin de repas, je me délecte d’une à deux c. à café d’une pâte épicée que je réalise en mixant au robot 100 ml environ d’huile de coco fondue avec un beau gingembre, 4 à 5 rhizomes de curcuma, 2 belles gousses d’ail, 1 petite c. à café de cannelle et 1/2 c. à café de bicarbonate alimentaire, jusqu’à l’obtention d’une pâte bien lisse, que je conserve au réfrigérateur plusieurs semaines si besoin.

Côté boissons, je mise sur l’extrait de pépin de pamplemousse (15 gouttes dans un verre d’eau, 3 fois par jour), ainsi que les infusions à la camomille, au thym ou au romarin, le lapacho et le jus de noni (petite mise en garde : c’est vraiment pas bon !). Ils seront vos meilleurs alliés pour renforcer votre système immunitaire et traiter le candida. Aussi, je vous en recommande l’utilisation quotidienne, du moins au début du traitement. Si votre candidose est installée depuis plusieurs années, il sera peut-être nécessaire de compléter avec quelques gélules spécifiques, comme le Cleanse Candida par exemple.

Alimentation vivante - stage Irène Grosjean novembre 2015

Si, comme moi, votre candida se manifeste sous la forme de mycoses digestives, ce qui n’est pas toujours le cas, avalez au réveil ½ à 1 c. à café de bicarbonate alimentaire dilué dans de l’eau, ou un verre d’eau d’argile blanche ou verte. Pour ce faire, la veille, diluez 1 c. à café bombée d’argile dans un verre d’eau. Le lendemain, boire l’eau, mais non le dépôt, du moins, dans un premier temps. Ensuite, il est possible de consommer la totalité, eau et argile. Si vous optez pour une cure d’argile, veillez à ne pas absorber d’huile de paraffine pendant la cure mais aussi à restreindre votre consommation d’huile alimentaire. Le jus de pomme de terre s’avère aussi être un bel allié, tant sur le plan défenses immunitaires que nettoyage du corps. Je vous recommande d’alterner ces breuvages. J’ajoute que pour mes maux d’estomac et d’intestins, l’étiopathie ainsi que les massages, type Chi Nei Tsang, me font un bien fou !

Côté alimentation, oubliez le régime anti-candida « classique », celui qui circule chez les médecins et sur Internet, celui qui affaiblit et ne résout rien (je vous recommande une vidéo qui creuse le sujet). Car la guérison passe par une alcalinisation de votre terrain pour rétablir un bon équilibre acido-basique. Pour faire simple, le pH normal du corps devrait avoisiner 7 pour que tous ses systèmes puissent fonctionner correctement. Cependant, nos modes de vie rendent cette tâche difficile, et nos organismes acidifiés dépensent énormément d’énergie et de minéraux pour tenter, vainement, de rétablir un pH normal. Ces derniers puisent alors dans le sang, la peau, les muqueuses, les articulations et les os, favorisant l’apparition de douleurs et de maladies souvent chroniques et gênantes, parfois graves. Une bonne hygiène de vie et une alimentation saine résolvent bien des problèmes. Une cure de plasma de Quinton (eau de mer) fait beaucoup de bien, un verre d’eau tiède citronnée au réveil est le bon geste à adopter.

Alimentation vivante - stage Irène Grosjean novembre 2015

On bouge, on dort, on respire, on évite les situations stressantes, on boit de l’eau, on sociabilise et on apprend à relâcher la pression, en méditant par exemple. Côté placards et frigo, vous l’aurez compris, on favorisera les fruits et légumes crus. Pourquoi crus ? Tout simplement pour préserver les enzymes digestives des aliments, détruites à la cuisson, et plus précisément à une température plus élevée que 42°C. Irène Grosjean soulève qu’une voiture a besoin du carburant que son créateur a prévu pour elle pour remplir à bien ses fonctions : notre corps, c’est pareil !

Nos organismes sont tellement saturés, nos intestins remplis de colles, qu’un passage à une alimentation vivante du jour au lendemain peut s’avérer être un vrai fiasco ! Une transition est nécessaire, afin de ne pas fragiliser d’avantage nos intestins déjà enflammés. D’où l’intérêt des purges. Il arrive également très souvent que des douleurs surgissent, on les nomme « crises d’élimination » : notre corps évacue ses résidus. Peuvent apparaître maux de tête, vomissements, fièvres, toux… Dans ce cas, on ne panique pas, on prend des huiles essentielles adaptées, ou on procède à des bains dérivatifs, et on se repose. Notre corps se nettoie, c’est tout.

Alimentation vivante - stage Irène Grosjean novembre 2015

Depuis le mois de novembre, je suis principalement en mode raw food. Concrètement, je mange des fruits frais ou séchés toute la journée, en abondance, selon mes envies et ma faim. Je sirote des jus et des smoothies, ou des infusions. Le soir, je dévore une grande salade de crudités, avec quelques noix ou de l’avocat. Lorsque j’ai froid, j’opte pour une soupe et des légumes au four. Je suis consciente de ma grande faculté d’adaptation. Je sais que contrairement à certains, je peux facilement me passer d’un aliment. Plutôt que de focaliser sur ce que je ne peux pas avaler, je me réjouis de tous les aliments disponibles.

Pendant deux mois, de septembre à novembre, j’ai suivi un régime anti-candida « classique » : pas de sucres ni de levures ; légumes, oléagineux, céréales et légumineuses étaient tolérés, mais pas tous (pas de carottes par exemple, ni de cacahuètes ou de riz blanc autorisés à ma table). Je l’ai trouvé très contraignant, car il fallait sans cesse se poser la question « y ai-je droit ? » C’est pourquoi je l’ai laissé tomber au profit d’une alimentation végétale et majoritairement vivante, sans céréales ni légumineuses. C’est ce qui me convient pour le moment.

Alimentation vivante - stage Irène Grosjean novembre 2015

Pendant deux mois, je ne pouvais pas croquer dans un carré de chocolat. Aujourd’hui, je peux me délecter de quelques fèves de cacao cru et de dattes. Bon, il s’avère que moi qui étais persuadée ne jamais survivre sans chocolat, je l’ai très bien vécu, découvrant par là-même une belle alternative : la caroube ! Il est clair que nous sommes ce que nous mangeons. Littéralement. C’est prouvé. Ce sont les bactéries présentes dans nos intestins qui font la pluie et le beau temps, qui réclament leur dose de fromage ou de charcuterie. Et nous qui croyions que nous étions accro au Mont d’Or à la petite cuillère… Il n’en est en fait rien !!

Vous l’aurez compris : je vous encourage à vous ouvrir à l’alimentation vivante. À votre rythme surtout. Parce que nous ne sommes pas tous au même stade, parce que nous ne sommes pas tous capables d’adopter un mode de vie 100% raw. Ajoutez simplement quelques jus ou smoothies à vos journées, davantage de fruits et de légumes crus. Dans un premier temps, pourquoi ne pas troquer votre bol de céréales du matin pour une purée de fruits, un smoothie et/ou des fruits à la croque ? Saviez-vous que le matin, notre organisme se nettoie et que lui donner du pain et de la confiture est une hérésie ? Par ailleurs, on nous rabâche sans cesse que trop de fruits c’est mauvais, que les protéines se trouvent uniquement dans les produits animaux et les légumineuses, mais saviez-vous qu’il n’en est rien ?

Alimentation vivante - stage Irène Grosjean novembre 2015

Plus belle la vie

Ce que je retire de ces derniers mois, c’est que la vie est Simple. Et Belle. Comme une pomme, un kaki ou une poire. Pourquoi se lancer dans la confection de gâteaux à étages (si vous me suivez depuis quelques temps, vous savez que je peux pâtisser pourtant pendant des heures !) quand le goût d’une banane bien mûre surpasse celui d’un pépito ?

Il est vrai que les locavores et les écolos purs et durs auront à redire de ma consommation de fruits exotiques, que les carnivores verront dans mon nouveau mode de vie une lubie, une loufoquerie (après tout, je suis extrême, pas vrai ?)… Peu importe. Ces dernières années m’ont montré qu’on fait ce qu’on peut, avec nos outils, nos moyens, et qu’aucun schéma n’est parfait. Je me délecte de mangues et de noix du Brésil mais je composte, je trie mes déchets, je fais le plein de légumes chez les producteurs de ma région, je n’achète que des objets et vêtements de seconde main, je réutilise mon eau, et que sais-je encore. Du reste, je n’ai pas à me justifier. Moi qui refuse de juger les gens, j’ose espérer qu’on me laissera tranquille sur ce point… Je n’ai que 30 ans, j’ai entrepris un changement radical et profond de mes habitudes de consommation en 2012, j’avais alors 26 ans. Je chemine, à mon rythme, avec les éléments dont je dispose. Je teste, j’expérimente, je tente, je me fais mon propre avis.

Alimentation vivante - stage Irène Grosjean novembre 2015

J’ai pris conscience récemment qu’on était tous différents. VRAIMENT. PROFONDÉMENT. Et que c’était bien. On cherche à nous faire rentrer dans des cases, à nous lisser… On prône le modèle unique, on part en quête de la solution miracle : mais existe-t-elle réellement ? Ce qui va fonctionner pour moi, ne sera peut-être pas adapté à un autre. Pour des raisons physiques ou psychiques. Je vous invite vivement à vous informer, par le biais de lectures ou de vidéos, à développer un esprit critique mais aussi curieux, à sortir de votre zone de confort, à piocher dans l’aroma et la phytothérapie, les fleurs de Bach, l’ayurveda, la médecine chinoise, l’alimentation vivante…

Vivez, ressentez, expérimentez. Et gardez en tête que la chose la plus importante, c’est d’être bien, dans son corps et dans son univers, de se sentir à sa place, épanoui. Si manger des crudités le soir en hiver vous coûte, comme à moi, et que vous rêvez d’un curry de légumes, ne vous privez pas ! Il m’arrive encore très souvent de préparer des frites de patates douces, panais et navet aux herbes, ainsi que des veloutés de potimarron au lait de coco. Je me régale alors, en pleine conscience. Quoi qu’il arrive, ne laissez personne vous dicter une ligne de conduite. Pensez à vous, à votre santé, à votre bonheur. Et si l’on se moque de vos salades le midi au bureau, souriez. Qu’ils rient, qu’ils vous montrent du doigt. Vous suivez votre propre chemin, celui qui parle à votre cœur, et cela vaut tout l’or du monde, croyez-moi.

Souplesse, lâcher prise, sérénité, joie, gratitude, humilité, altruisme, compassion, foi, amour, confiance, bienveillance, émerveillement… sont les clés de la guérison.

Aller plus loin

Vidéos

Articles

Alimentation vivante - ses bienfaits

Print Friendly

66 comments

  1. Boes says:

    Bonjour,

    Merci pour ce beau et trop rare témoignage !

    Je ne sais pas de quand datent les photos de vous dans cet article, mais savez vous que vous rayonnez ?
    Belle continuation à vous et encore merci pour ce partage !

    Olivier.

  2. Mae Mae says:

    Bonsoir,
    Merci pour ce formidable retour d’expérience! j’ai eu beaucoup de mal à trouver un témoignage complet sur le sujet. Aucun diagnostic n’a été établi mais j’ai bien peur d’être concernée… Peux tu nous en dire plus sur la pâte épicée que tu prends en fin de repas? Comment en es tu venu à préparer cette pâte, pourquoi le bicarbonate de soude, quels sont les bienfaits? à prendre uniquement en fin de repas?
    Oui cette pâte m’intrigue beaucoup :)

  3. Marie-Noëlle says:

    Bonjour Lili,

    J’ai lu avec attention vos articles, grâce à vous j’ai découvert la méthode Naet et j’ai lu avec grand intérêt votre article sur les candidas car je viens d’apprendre que moi et ma fille de 18 ans avons une candidose. Grâce à vous ma fille est rassurée de voir qu’elle va pouvoir manger des fruits car elle était anéantie de devoir se restreindre sur les sucres. En parallèle aujourd’hui, je viens de découvrir un article sur la candidose de Frédéric Patenaude : http://www.fredericpatenaude.com/francais/ezine8candida.html qui me semble très cohérent avec votre nouvelle alimentation. Pouvez vous me dire le pourcentage de gras dans votre alimentation ?
    Merci d’avance

    • Lili says:

      Bonjour Marie-Noëlle,

      Merci pour votre message ! :)
      Je ne compte pas ce que je mange, gras, sucre, rien… Je trouve cela trop triste. Donc je ne peux vous répondre…
      Plutôt que d’appliquer quelque chose, je vous recommande de suivre vos besoins et vos envies, vraiment, c’est important… Plus vous serez bien dans votre assiette, plus votre candida reculera… :) C’est ce que j’ai remarqué chez moi. :)
      Bises,

      Lili

  4. Karine says:

    Bonjour Lily, waouh quel article…j’en ai pleuré ! J’aurai pu l’écrire, je m’y retrouve complètement. Je vis cette galère avec mon ventre depuis le printemps dernier, entre crises et « rémission » si l’on peut dire ! Je suis perdue car de qu’il me semble être bon, finalement me fait mal et vice versa… Je suis en pleine réflexion et mutation sur cette société de consommation industrielle dans laquelle nous évoluons. J’étais en lutte contre cela sans jamais avoir eu ou plutôt pris le temps de chercher comment en sortir. Ces maux de ventre ont au moins la vertu de me faire évoluer vers une alimentation plus saine, plus responsable. Et pourtant il me semblait cuisiner « simple » !! Mais hélas avec ses produits truffés de conservateurs, additifs,etc… je ne sais pas exactement de quoi je soufre mais en tout cas ton expérience est similaire à ce que je vis, merci de ton partage car on se sent bien seule quand on est en pleine crise. Merci :)

  5. Fanny says:

    Bonjour Lili!

    Merci beaucoup de nous partager ton expérience. J’en suis au stade où j’ajoute du cru dans mes (nos) assiettes…
    Sais tu si les smoothies dégradent les enzymes digestives des fruits en les « coupant » et donc si c’est pas vraiment conseillé… ? J’ai lu aussi que les smoothies étaient bien trop sucrés.. Si tu pouvais m’éclairer de tes connaissances ça m’aiderait dans mes avancées!

    Merci beaucoup !!

    Fanny

  6. Lise says:

    Bonjour Lili,
    En pleine mutation alimentaire, et élémentaire ;-) , je tombe sur ton blog que je découvre avec plaisir! Tes paroles vraies sont rafraîchissantes, et je suis sûre que toi, et d’autres allez devenir mes meilleurs alliés pour cette année de tournant!
    Merci encore, à très vite de te lire, de goûter et d’expérimenter tes idées!

  7. anais says:

    Ah Irèneeeeeee…
    Je sors de 3 jours de stage avec elle. C’est une pure merveille, un bijou, un être absolument relié au divin. J’adore…
    J’en ressors boostée et heureuse. Et je recommande à tout le monde d’aller faire sa connaissance et gouter sa cuisine :)

  8. Laurie says:

    Cet article est très intéressant, j’y apprends des choses moi qui ai découvert le végétalisme il y a un an et demi environ. Ca fait deux fois en quelques jours que j’entends quelqu’un parler de sa naturopathe super sympa qui fait beaucoup de bien, alors je ne sais pas si tous les naturopathes sont aussi chouettes mais ça me donne envie de m’y intéresser de plus près ;). Je comprends que tu n’aimes pas les étiquettes je suis comme toi. Je souhaite être végétarienne, mange toujours moins de viandes ou de poissons, mais je suis loin d’être végétarienne quand je mange chez les autres ou quand je vais au restaurant. Alors on me voit éviter la viande me demande si je suis végétarienne, mais là je ne peux pas affirmer que c’est le cas même si ça l’est presque : je ne suis pas parfaite et suis loin de l’être alors cette étiquette ce n’est pas pour moi!
    Alors quand je t’ai lu je me suis dit que tu pouvais te définir avec humour comme « lilivore ». C’est la blogueuse pinup bio qui s’était définit comme cela dans un de ses articles et j’avais trouvé le principe amusant et sympa :). Elle entendait par là qu’elle mangeait seulement en écoutant son corps, justement comme tu en parles dans ton article.

  9. Lili says:

    Merci pour vos messages que je prends toujours plaisir à lire, même si cette fois-ci, je ne peux répondre individuellement… Vous m’aidez, vous me portez, merci, du fond du coeur. <3

  10. Agnès Durand says:

    ..

    Ne désespèrez surtout pas, il faut des années pour changer un terrain! Quand on commence on croit que ça y est: il suffit de faire des jus et hop tout se règle , non, ce n’est pas comme ça que ça fonctionne on a hérité d’un terrain, on y a cultivé des saletés, on y a répandu des poisons médica-menteurs, on l’a défolié, et hop on attend que des générations d’erreurs soient de suite effacées, il n’y a pas de quoi désespérer,
    C’est LONG, mais après30 ans de JUS et de CRU, je peux te dire que c’est LE MEILLEUR CHEMIN, il n’y en a pas de meilleur et le seul à donner de tels résultats,(j’ai essayé tellement de trucs avant)et je le constate tous les jours..
    La peau change, les cheveux, changent, la digestion change, l’immunité change, le sang de mes enfants aux jus dès la naissance, est différent de celui des autres. Et changer le biot intestinal, ça se fait, bien sûr, il faut juste du temps et de la persévérance. Il faut mettre la bonne terre,,le bon humus(pomme, smoothies fibres douces) que les bonnes bactéries, les micro-organismes vivants(EM, pas les probiot du commerce pharma) s’y développent petit à petit. mais,Thiérry l’a dit et redit, si on a un terrain acide, des foyers infectieux ignorés etc… alors les candidas s’y plaisent et ne lâchent pas même avec beaucoup de chlorophylle et Lapacho.
    En plus ils développent des résistances, donc il faut faire une rotation de traitements pour les juguler et une rotation de micro-organismes EM1 et de draineurs pour ne pas que leurs déchets provoquent de nouvelles infections, mais soient éliminés vite fait vers la sortie. On alterne ET en même temps on change le terreau, ce n’est pas simple, MAIS ON Y ARRIVE . De toute façon , j’ai tout essayé, il n’y a pas de meilleur chemin que celui-là.
    Agnès pour Vivelavie.jimdo.com

  11. Caroline says:

    Bonjour Alice,
    Cet article est encore une pure merveille de justesse et de sincérité. Ce que j’apprécie avec toi, c’est que textes sont comme des conversations, ouverts à la discussion, comme un échange de vive voix, où chacun peut apporter sa pierre. Je ne souffre pas comme toi mais j’ai (comme beaucoup ?) des petits désagréments digestifs que j’ai appris à soigner sur la base de tes réflexions. Pour ça, je te remercie. Et puis je te soutiens, je suis comme toi une maniaque extrême qui s’assume et tire partie de son sens pratique !

  12. borderie says:

    Cet article est tellement beau et (presque) totalement en accord avec ce que je pense que je pourrais laisser un commentaire de 20 pages. Je vais donc me contenter de : merci !! Pour la force, la beauté, la simplicité, la justesse de cet article.
    Ps : j’ai récemment découvert du chocolat cru EXTRAORDINAIRE AU GOÛT. Bio, san glu et vegan qui plus est. Je n’avais jamais goûté a du choco aussi bon (c’est une amatrice qui parle). Fais donc un tour sur : rrraw. (J’ai goûté aux petits cubes)

    • Lili says:

      Merci Manon pour ton message, tu es un amour ! <3
      Oh oui, je connais bien ces chocolats... Je les adore ! :D
      Je t'envoie plein de gros bisous ! :)

      • Manon says:

        Pas autant que tu as l’air de l’être avec tout ce naturel et spontanéité qui te caractérise ;) Ah toi aussi tu es une addict :D, trop dur d’y résister !
        Plein de grosses bises à toi aussi :)

  13. Kakou says:

    J’ai adoré te lire !
    J’ai souffert de mycose vaginale que j’ai éradiqué (enfin je pense puisque rien depuis 2 ans !) car elles étaient d’ordre psychologique … Mais j’avais, à l’époque, supprimé tous les sucres et gluten pendant presque 2 mois … Très dur mais ça m’a ouvert les yeux sur les erreurs alimentaires que je faisais et surtout ça m’a enlevé le goût du sucre ! Un peu beaucoup gourmande, je léchais à en user la cuillère de Nutella que j’osais m’octroyer de temps en temps ! Mais maintenant ça m’écoeure ! Quel bonheur !
    Ne réponds pas aux gens qui te jugeront car tu n’es pas comme la plupart des gens. Tu es TOI et c’est super !
    BIsous

  14. Cécile says:

    Bonjour Alice!

    On m’a diagnostiqué le candida albican il y a 2 mois après des années de souffrance digestive et ton article tombe à pic et fait tellement écho à mon ressenti… D’emblée merci pour ton partage, ta bienveillance et ta douceur! Tu ne peux imaginer le bien que cela m’a fait de te lire!
    Après avoir moi aussi testé la réforme alimentaire de mon médecin, c’est en me tournant petit à petit vers le cru que je me sens mieux. Et peu importe ce que les gens peuvent penser, je veux aller la ou mon ressenti m’emmène. Trop dure de suivre des règles qui ne me conviennent pas pour être dans un moule.
    Grace a toi j’ai très envie de rendre visite à Irène Grosjean lors d’un stage en ce début d’année.
    Je voulais savoir si tu l’avais consulté lors du stage ou si tu as pu bien échanger avec elle sans prévoir de consultation?
    Encore merci Alice et je te souhaite une belle route sur le chemin de l’écoute de soi. Une belle année 2016 s’annonce!

    Une lectrice reconnaissante :)

  15. Elise says:

    Super article lili, merci, je me retrouve beaucoup dans ton parcours, j’hésitais à faire le stage avec Irène, car c’est un coût, mais au fond 300 euros pour arrêter de souffrir, ce n’est pas grand chose…je n’hésite plus…!

    Bonne continuation dans ton évolution personnelle, spirituelle et alimentaire!

  16. Manon.G says:

    Bonjour lili,

    Belle article
    je vais te résumé mon soucis.
    J’ai 22 ans, jeune maman d’un petit garçon de 4 mois.
    Je suis asmatique atopic avec une peau très atopic depuis bébé et cela s’aggrave de plus en plus je également allergique à presque tout les aliments.
    J’ai fort fort grossi, j’ai des troubles de l’humeur, des soucis pour digérer tout ce que j’avance et je bois, je suis très stressée. j’ai 22 ans j’en fais 10 de plus, je suis abimée, très fatiguée. je me suis laisser allée ( j’ai pris beaucoup de kilo).
    Je voudrais savoir si un spécialiste pouvais vois si je pourrais être candida albigan ? dois-je aller chez un gastro?

    Bien à toi

  17. Clematite says:

    Merci pour cet article. Bien plus âgée j’aie un peu ton parcours et depuis 3 mois j’ai un extracteur. Sans gluten sans lactose sans caféine 8 café par jour et sans coca 1litre par jour… je me sens mieux mais surtout libre. Il reste encore quelques trucs mais j’avance. .. merci beaucoup de ton partage

  18. Sylvie says:

    Bonjour Lili,

    J’avais rédigé un très long commentaire mais je crois l’avoir effacé par erreur. Alors je me contenterai cette fois d’un grand merci pour ce témoignage ou je me retrouve beaucoup.

    Amicalement.

  19. Camille-Hélène says:

    Bonjour Lili !!
    Ton nouvel article est encore une fois passionnant et me fait découvrir des pistes, de nouveaux modes d’alimentation. J’ai regardé la vidéo d’Irène GrosJean, que je ne connaissais pas du tout. Je l’ai trouvé passionnante, ses arguments semblent tout à fait juste et logiques et pourtant cela m’amène à beaucoup de confusions et encore une fois à me demander où est le bon/vrai chemin de santé. Je suis suivie par une praticienne en ayurveda, médecine datant de plus de 4000 ans et une praticienne de shiatsu, spécialisée en MTC. Toutes deux m’ont bien préconisé d’éviter les crudités, qui ne sont pas adaptées à ma constitution.

    De plus quand Irène explique que nous sommes par nature frugivore car notre système digestif est de la même longueur que celui des grands singes, elle oublie d’expliquer, ou ignore, que de nombreuses études ont montré que le côlon des autres primates est 3 fois plus long que le nôtre tandis que leur intestin grêle est 2 fois plus court que le nôtre. Or chez les primates, c’est leur côlon qui va servir à transformer les fibres en acides gras qui pourront ensuite être assimilés, ce que nous ne pouvons pas faire, puisqu’il est connu que l’homme ne peut absorber pas les fibres. Il semble donc que nous ne sommes pas fait pour avoir la même alimentation que nos cousins les grands singes.

    Et pourtant, je suis convaincue des bienfaits que doit apporter cette alimentation. De plus, les plats préparés semblent absolument délicieux et j’avoue que je serais curieuse de faire un stage avec elle, ne serait-ce que pour tester, découvrir. Pendant ton stage, y’a-t-il une personnalisation en fonction des personnes ou bien considère-t-elle que tout le monde peut manger la même chose ?

    Merci beaucoup pour ton partage et vivement la suite de tes aventures !!
    Bonne fin de semaine.

    • Camille-Hélène says:

      Grâce à tes liens, j’ai découvert le site et les vidéos de Thierry Casasnovas. C’est bien simple, depuis hier, je les dévore !! C’est passionnant, clair.

      Alors juste un grand merci à toi pour me l’avoir fait découvrir.
      Bonne fin de semaine.

  20. Aude says:

    Bonsoir Lily,

    Très heureuse de découvrir la suite de ta « quête anti-candida », car à l’époque j’avais réagi déjà, prête à suivre le même combat car mêmes symptômes.

    Je serai tombée de ma chaise si tu m’aurais dis que ça avait fonctionné. Je suis ENTIÈREMENT d’accord avec toi : 1. Ce régime anti-candida est une aberration, il n’apporte que frustration et fatigue, et est inefficace 2. le candida est bel et bien un symptôme et non une cause, le message est clair : le corps est surchargé de toxines.

    Heureusement pour moi, j’ai suivi ce régime pendant 2/3 semaines tout au plus. Maintenant, tu parles de l’importance de l’état émotionnel dans ton post, et c’est justement ce dont je voudrais te parler dans mon message :
    J’ai conscience, depuis plus d’un an, d’avoir un problème avec la nourriture. Je « souffre » de solitude et la nourriture (cuisiner + manger) est mon échappatoire. Quand j’ai compris que j’étais dans une forme de boulimie, j’ai compris que tant que mon esprit ne sera pas serein, mon corps réagira en conséquence. Rien n’est dû au hasard. Le mental est extrêmement puissant, il a la faculté de modifier les réponses de nos organes et de tout détraquer sournoisement. On s’en rend pas compte, ou très tard, car c’est un travail énorme que de prendre du recul sur soi-même et « accepter » qu’on se fasse autant de mal inconsciemment, alors qu’on essaie de se faire un maximum de bien en pleine conscience. Et j’ai enragé mais enragé quand je voyais mon copain se goinfrer de tout et n’importe quoi et se sentir tout bien. Donc Lily, moi aussi j’ai lâché prise. Et Lily, moi aussi je me suis ruinée. Mais sache que le corps est une machine exceptionnelle capable de s’auto-guérir et se régénérer, tout est effémère, et un grand OUI pour « il faut faire confiance à son corps ».

    Dernière chose pour le cru, encore une fois un régime n’y changera pas grand chose en mon sens, par contre oui l’élimination est extrêmement importante (et là je te rejoint, il faut beaucoup de cru pour éliminer). Personnellement je mange cru tout les matins, et ça me permet déjà d’avoir un transit régulier, mais tant que je ne réglerai pas mon problème personnel, je ne réglerai rien à mon corps. Alors le 100% cru, ça ne sera pas pour moi, mais quel plaisir des fruits le matin et des salades le midi !

    Voilà, j’espère que tu publieras un retour sur ta santé prochainement, car quelque part je me sens un peu épaulée de savoir que je ne suis pas seule à traverser tout ça :)

    Très belle soirée à toi, et désolé pour ce message si long, mais quel plaisir de t’avoir lu ! :)

    Ps : perso j’ai investi dans du psyllium pour faire un peu le nettoyage, et aussi de l’artichaut et radis noir pour mon foie (dernier investissement pour sûr! ;) )

  21. Hypiness says:

    Excellent article Lili, j’adore et j’adhère ! Bravo d’avoir pris le temps pour ce long témoignage qui j’espère pourra aider chacun de tes lecteurs :)
    Le stage chez Irène est prévu pour juin avec ma mère, j’ai hâte ! J’entends parler en ce moment de l’extrait de pépin de pamplemousse, je vais essayer. Et c’est marrant que tu cites le brossage à sec, je me suis remise à utiliser ma brosse achetée l’an dernier (il faut être assidue !)
    Comme tu le dis si bien, l’alimentation n’est pas le seul incident sur notre santé, le mode de vie joue énormément. Chacun doit trouver ce qui le rend heureux et le détend mais il n’y a pas de règle ! Tu donnes néanmoins quelques pistes très intéressantes ;)
    A bientôt j’espère et encore une bonne année <3

  22. L'éclectique says:

    Merci pour ce partage, Lili! Je m’intéresse de plus en plus à ce mode d’alimentation même si je n’ai pas encore passé le cap. Tu tentes vraiment ma curiosité avec ce témoignage ! Tiens-nous au courant ! Belle continuation et à bientôt !

  23. Alexandra says:

    Bravo pour cet article, pas facile d’oser dire tout ça au grand public… cela fait longtemps que je suis adepte de la raw food pour moi et mes filles, je suis depuis 2/3 Thierry et j’aime son évolution et ses explications. Et quelle chance tu as eu d’aller chez Irène! Abonnée au Chou Brave aussi , j’essaie de semer des graines… mais qu’est ce que c’est compliqué de tenter d’expliquer aux autres… et je me sens seule contre la société quand ils s’agit de mes filles !!! Je lutte en permanence en essayant de leur expliquer , de leur montrer des vidéos mais pour elles c’est difficile de voir les autres s’empirer de sucre et produits industriels tous les jours sans savoir ce que c’est qu’un extracteur de jus!

  24. Blandine says:

    Coucou Alice,
    Comme quoi il ne faut pas se fier à ce qu’on voit sur les réseaux sociaux! Moi qui te voyait toute souriante depuis ton mariage, je n’avais pas été sur ton blog depuis cet été.
    Ici, pas de candida détecté mais un besoin de prendre ma santé, ma vie en main depuis le décès soudain de ma maman. J’ai passé mon 1er degré de reiki, j’a commencé une formation en réflexologie, en 2016, j’ai décidé de diminuer, le sucre et le gluten. En novembre, je me suis mise en yoga et à la danse et depuis Noel, je fais une toilette énergétique tous les matins et ça me réussit.
    Les raisons ne sont pas les mêmes mais le processus est similaire.
    Le matin, je me lève tôt, je fais ma toilette nrgetique puis je me douche, ensuite je bois mon thé vert, je prépare une salade de fruits… Je travaille.
    A 11h, je bois un jus de fruits & legumes et après je mange le midi avec mes enfants des crudités, un repas cuit sans gluten le plus possible ( vegetalien), en règle général, je n’ai pas faim avant tard. Je mange des salades de chou en ce moment le soir ou une soupe et je vais me coucher après un auto traitement en réflexologie plantaire ou des exercices de respiration.
    On devrait vivre centenaires avec ça
    Bonne continuation

  25. Marjorie says:

    Merci à toi lili comme toujours un très bel article qui nous fait prendre conscience de notre corps et de notre esprit surtout dans la vie qu’on même toujours à 100 à l’ heure mais le plus dur c’est d’arriver à ce poser. T’es articles me font prendre conscience de plusieurs bouleversements qui mûrissent en moi, dans tes maux je me reconnais, continues ton partage, tu nous apporte plein de belles choses.

  26. Gwen says:

    Merci pour ce partage ! J’essaie de mettre plus de cru dans mon alimentation (mais, des fois, ça me réussi pas du tout au niveau de la digestion), peut-être qu’il faudrait que je passe effectivement par une petite cure pour désintoxiquer mon organisme. Je garde ça dans un coin de ma tête pour plus tard… :)

  27. Myriam says:

    Bonjour Lili,
    Je lis tes articles avec toujours beaucoup d’intérêt.
    Je suis très intéressée par l’alimentation crue car je souffre d’une colopathie depuis ma naissance ( si si, c’est possible :-) et j’ai bientôt 48 ans). Même le végétalisme, que j’ai adopté il y a trois ans, n’a pas fait totalement disparaître mes symptômes. S’y ajoute des douleurs articulaires que je ne me résigne pas à mettre sur le compte du vieillissement. C’est pourquoi je suis en phase de transition vers l’alimentation vivante. Végétalienne avant tout pour les animaux, maintenant que ma conscience est en paix, je peux penser à ma santé. Mais j’avoue m’y perdre un peu dans toute l’information que je peux trouver sur internet. Tu as le mérite de faire le tri pour moi et de rendre simple ce qui semble d’un premier abord un peu complexe. Alors merci beaucoup.
    Je suis bien d’accord avec toi sur le fait qu’il faut écouter son corps, ce que je ne fais pas beaucoup. Mais on est souvent happé par les contraintes de nos vies et on ne peut malheureusement pas toujours prendre soin de soi comme on le souhaiterait. Le Reïki me semble très intéressant par exemple mais je me lève souvent à 5 h du matin pour aller travailler et je ne me vois pas anticiper d’une demi-heure sur mon réveil pour faire les exercices. De même, à cette heure-là, je ne peux pas faire fonctionner mon extracteur de jus ou mon blender, au risque de réveiller toute la maisonnée. Quant à changer de travail, c’est un autre vaste problème… Mais, comme tu le dis, chacun évolue à son rythme et trouve les petites choses qui lui font du bien.
    En tout cas, je serais très heureuse de lire ton e-book sur la cruisine.
    Bonne continuation à toi

    • Monique says:

      Vous pouvez aussi trouver plein d’informations sur l’alimentation vivante (et plus), végétale et crue (très majoritairement) avec recettes et témoignages de guérison en quantité, sur le site http://www.veganbio.com qui existe depuis presque huit ans.

  28. Lole says:

    Salut Lili ,

    Très chouette ton article , merci de prendre du temps pour nous conter ton histoire … Je suis sur le même chemin que toi et c’est toujours rassurant et motivant d’avoir de beaux témoignages comme le tien ! J’aime ce que tu fais et surtout écoutes toujours ton coeur , et prends aussi du temps pour toi , c’est tellement important ;-)
    Une bise à toi , et belle  » cruontinuation ‘ !

  29. Échos verts ❀ Natasha says:

    Bonjour Lili, j’attendais impatiemment la suite de tes aventures depuis ton stage sur l’alimentation vivante ! Je dois avouer que ce n’est absolument pas une alimentation qui m’attire et ce pour un tas de raisons mais je trouve cela d’autant plus intéressant de savoir ce qui poussent d’autres personnes à se tourner vers ce genre d’alimentation. Beaucoup des infos que tu as partagées me font penser au livre que je suis en train de lire : Le charme discret de l’intestin. C’est passionnant pour quiconque s’intéresse au lien entre notre alimentation et notre corps :-) J’espère que tous tes soucis finiront par se résorber- cela fait plus de 15 ans que j’ai des soucis digestifs alors je compatis !

    • Nanie says:

      Je me permets de m’incruster ici Natasha, pour te dire que moi aussi je suis en train de lire Le Charme discret de l’intestin ! ^^ Voilà, parenthèse fermée. :)

  30. Marion says:

    Bonjour et bonne année à tous! Merci pour ton témoignage Lili! J’aime beaucoup te lire. Cependant, la phrase  » elle a guéri des cancers en pagaille » me laisse perplexe. Cette naturopathe a soigné des cancers sans que les personnes prennent de traitement ? Je ne sais si tu auras le temps de répondre… En tous cas, bonne journée !

    • Lili says:

      Merci Marion pour ton message !
      Irène n’est pas rentrée dans les détails des traitements, mais elle a bel et bien guéri beaucoup beaucoup de gens… Elle en parle un peu dans ses vidéos. Irène c’est une fée.
      Bises,
      Lili

  31. Planet Addict says:

    Wouah! Alors ça c’est de l’article! Bravo ma belle! Merci pour tous ces partages, c’est vraiment un beau travail que tu as fait là! Je suis ravie que les tibétaines t’aident, et je te refais un reiki quand tu veux ;)
    Bisous ma chérie!
    Love you!

  32. Descamps says:

    Merci pour ce magnifique témoignage aussi convaincant qu’encourageant. Tu as la chance de prendre conscience jeune; je regrette d’avoir mis 20 ans de plus que toi!
    J’ai arrêté viande, lait de vache, gluten et sucre ajouté depuis 3 ans et j’ai beaucoup amélioré un problème de santé que je trainais depuis 15 ans. Depuis, j’essaie de tendre vers le zéro produits animaux et le plus « cru » possible.
    Tiens nous au courant de tes avancées…
    Sophie

  33. Lili says:

    Un grand grand merci pour vos premiers retours qui me touchent beaucoup ! Premièrement, je suis émue que vous soyez autant nombreux à m’avoir lu déjà, et très heureuse de pouvoir venir en aide par mon humble témoignage. Merci pour vos mots qui m’encouragent à poursuivre. :)

  34. Blandine says:

    Merci Lili pour tes mots, et ce partage, intime, courageux, nécessaire et franc!

    Nous sommes ce que nous mangeons c’est certain… et comme nous changeons notre alimentation change également.

    Je me demande, peut-on suivre tes recommandations même sans avoir de candida, histoire de désencrasser son corps?

    Merci pour tout, Belle année à toi, Bises, Blandine.

    • Lili says:

      Coucou Blandine,

      Merci pour ton message ! :)
      Oh oui, bien sûr. :) Ces recommandations sont valables même pour des personnes sans candida. :)
      Grosses bises,

      Lili

  35. Sarah says:

    Passionnante, je te trouve passionnante! 42 ans mère de 3 enfants, je m’interroge toujours sur l’ alimentation. Personne chez moi souffre de candida, mais je vais aller lire les articles que tu conseilles, manger mieux pour aller bien. Je pense à mon dernier qui mangerait que du cru, des tonnes de fruits. On le laisse faire un peu… pas assez je pense… je suis plus âgée que toi, et j’ avance très doucement sur le chemin du changement. .. Je te souhaite d’ aller mieux et de guérir. .. je fais les 5 tibétains tous les matins et quand je fais ma fainéante, ça me manque! Mon message est décousu, tanpis. Je t’ envoie un gros bouquet de douces pensées.

  36. Paola says:

    Bonjour Lili,
    Très bel article, très encourageant pour qui est dans la souffrance, et dans la recherche de réponses et de solutions naturelles, ton article est riche d’informations très intéressantes, et donne le courage de continuer le combat!
    Merci pour ton partage!

  37. elise says:

    Bonjour lili j’aimerai beaucoup discuter avec toi sur ce sujet. Je fais des études pour être naturopathe et j’ai décidé de faire mon sujet de fin d’étude sur la candidose. J’aimerai citer ton blog dans les références. En espérant avoir de tes nouvelles :) bonne journée

  38. cecile2004 says:

    Bonjour!
    Tout d’abord bravo pour cet article qui n’a pas du être facile à écrire!
    Du coup, tu ne manges plus ni légumineuses, ni féculents? On nous apprend que ce sont les « carburants » de notre organisme, entre autre, alors peut-on les supprimer totalement?
    Je précise qu’il n’y a aucun jugement dans ma question, au contraire, je m’interroge.
    Bonne année, et j’espère que cette année sera l’année où tu te libéreras une bonne fois pour toute de ces problèmes qui empoisonnent la vie.
    Bizzzz

    • Lili says:

      Coucou,

      Je comprends tout à fait ta question, je me la serais posée l’an dernier. ;)
      Pour le moment non, pas de féculents, parfois, rarement, des légumineuses. Je mange beaucoup de noix par contre, de bon gras, de fruits secs… Et ça me convient. :)

      Merci de m’avoir lue !

      Lili

  39. Olivia says:

    J’ai tout lu, quel boulot tu as effectué là pour rédiger cet article, bravo Lili !
    Perso, je n’adhère pas aux propos de Thierry Casasnovas, il utilise la peur des gens et des faits réels pour accrocher, et je ne parle pas de son côté businessman… (je vais me faire lyncher lol) MAIS ! J’entends bien ton témoignage ma Lili, et je suis convaincue aussi que les fruits sont la clé pour la résolution de beaucoup de maux, je suis heureuse que tu te retrouves petit à petit, que tu découvres ce qui te convient le mieux. J’avais regardé quelques vidéos d’Irène Grosjean lorsque tu nous en avais parlé il y a quelques semaines, beaucoup d’infos à retenir au quotidien, une belle découverte. Depuis plusieurs années, je suis convaincue que l’important c’est l’équilibre corps-esprit, qu’il faut s’écouter de manière sereine (soyons bienveillant envers nous-même !), et que la notion d’équilibre acido-basique est primordiale.
    C’est sympa que tu nous concoctes des recettes de crusine, il y a tellement à créer ! Un futur ebook peut-être ? Il aurait du succès c’est évident ;)
    Tiens tu m’as donné envie d’aller refaire le plein de fruits ce midi au mag bio pendant ma pause déj ! ;)
    Je te souhaite de continuer dans la voie qui te convient le mieux, que tu puisses t’épanouir et être heureuse, car la vie est belle ♥
    Gros bisous

    • Rose Citron says:

      Je me permets de rebondir sur le message d’Olivia, car comme toi Olivia, et pour les mêmes raisons, j’ai beaucoup de mal avec Casanovas que je trouve très dogmatique, et complotiste, du coup, j’ai du mal à lui faire confiance, même si je me doute bien que beaucoup de ce qu’il dit n’est pas sans fondement.

      Lili, ton témoignage est passionnant, c’est généreux de ta part de nous le faire partager, ça n’est pas évident je trouve quand on est en plein dans les transformations de prendre le recul nécessaire pour les partager. Tu te livres à merveille à cet exercice :)
      Je te souhaite que les améliorations perdurent et que tu ailles de mieux en mieux!
      J’ajouterais un détail qui a son importance, c’est aussi, pour aller mieux psychologiquement, de ne pas oublier les thérapeutiques « traditionnelles » : psychothérapies, EMDR, Hypnose peuvent aussi apaiser le mental :)
      Plein de bonheur et de douceur Lili !

  40. Marc says:

    Coucou Lili !

    Je n’ai que ça à dire :
    Quel beau message qui fait rayonner ce débuter l’année !

    Cet article et le témoignage de ton cheminement sont si riches. Merci de les avoir partagés.

    Et puisque tu décris un travail toujours en cours, je te souhaite une excellente continuation dans ta démarche, et comme il se doit, une excellente nouvelle année pleine de bonnes choses, pour sûr.

    Amicalement,
    Marc

  41. Sabine B says:

    Hello Lili (et bonne année! ;)) ce témoignage est très intéressant, car je crois que ta situation de départ est typique de toute une génération… Sauf qu’avec nous (nés dans les 80’s), les industriels ont vraiment commencé à jouer aux apprentis sorciers, et on en paie l’addition malheureusement…

    Je crois que ce qui compte effectivement, c’est le mouvement! Quand on devient végétalien, on valide à soi-même qu’on est capable de changer, on commence à interroger beaucoup de choses, et la suite ne peut qu’être ouverte, incertaine mais palpitante! Personnellement, j’ai évité certains écueils, je suis végétalienne depuis presqu’un an, et pour le reste, je sais que mon alimentation peut changer. J’ai de jeunes enfants aussi, un amoureux omnivore qu’il faut prendre en considération. Mais je suis en mouvement, et je ne m’arrêterai pas. Donc ton article, pour aujourd’hui ou demain, par petites touches ou grandes bascules, s’inscrit forcément dans un coin de ma tête pour ça!

    Et puis franchement, il y a des gens en France qui se prétendent hédonistes: ils fument et boivent parce qu’on a qu’une vie et qu’il faut en profiter, ils ont des gueules de bois et une haleine qui pue, ils toussent et ont du mal à respirer, ils sont excités par leur café et s’endorment 2 heures plus tard comme assommés (je ne les juge pas, la société pousse à se comporter comme ça). Mais j’ai l’impression d’être beaucoup plus hédoniste qu’eux en vrai, en prenant soin de moi, en n’étant jamais au 36ème dessous! Les fêtes véganes ont été par exemple beaucoup plus digestes pour moi, pas de contre-coup cette année, bref, je me suis sentie bien mieux! Alors les étiquettes de fadas, néo hippies, tout ce qu’on veut, elles me font bien rigoler, quand je vois qui les met. (mais c’est le mécanisme de défense face au changement, et il y a de la peur derrière ça aussi)

    En tout cas je te souhaite de te sentir de mieux en mieux en 2016!

  42. Nanie says:

    Lili, comme en septembre, je me retrouve à nouveau beaucoup dans ce nouvel article ! Souffrant aussi d’une candidose (nous en avions parlé), je me suis moi aussi lancée dans le régime anti candida corps et âme, régime où je me suis sentie perdue, privée et frustrée… Gavée de compléments alimentaires onéreux… Cela a été très dur… Aujourd’hui encore, même si j’en suis à la toute fin du régime, j’ai toujours peur de manger quelque chose qui va me reprovoquer ma candidose… Je n’ai pas l’esprit serein. Mon rendez-vous de bilan chez la naturopathe est dans un mois, et cela me stresse un peu également : elle m’avait en effet dit en octobre que ma candidose était partie mais qu’il fallait encore que je fasse attention à mon alimentation le temps que la paroi de mon intestin se régénère… et j’ai fait pas mal d’écarts – et abandonné les compléments alimentaires – depuis car je suis arrivée à saturation de ce régime… En revanche, je ne le trouve pas forcément plus contraignant que de ne manger que des fruits et légumes, crus de surcroît ;) Bref, merci pour cet article et ton retour d’expérience !

  43. tambouille & délices says:

    Super ! justement j’ai vu pas mal de vidéo d’Irène ces derniers mois et je pensais aller y faire un stage vu qu’elle n’est pas très loin de chez moi :) D’ailleurs il faudrait qu’on arrive a se voir aussi on n’est pas très loin tout les 2 :)

  44. Nathalie says:

    Bonjour Lili et merci pour ce superbe article qui retrace ton expérience, je l’ai littéralement dévoré !

    J’ai vu que tu parlais d’huile de ricin pour se purger. Cette huile est devenu un de mes nouveaux hobbys et je suis en train de réaliser un court sondage sur les retours d’expérience des utilisatrices.

    N’hésites pas à y participer ça m’aiderai beaucoup : http://goo.gl/forms/euwoLSuYpK

    Au plaisir de te lire.
    Nath

  45. Belinda says:

    merci pour ce partage et heureuse de voir que cela va mieux ^_^
    j’espère arriver à ce type de chemin et d’alimentation et oui un e-book crusiné je vote pour :-)

  46. Caro says:

    Merci. Je suis aussi en recherche de l’alimentation qui me convient, sans étiquette. ça me fait du bien de voir une personne qui ne martèle pas de vérité mais qui partage ce qu’elle sait parce qu’elle l’a expérimenté. Merci :)

  47. Laurence says:

    MERCI
    Article à lire et à relire, j’adore ! Quel travail !
    Des conseils utiles à n’en plus finir…Je VEUX m’alimenter comme toi. A quand le E-Book sur l’alimentation crue ?

      • Laurence says:

        Youpi !
        Je mange de plus en plus cru depuis 1 mois et niveau ballonnements et digestion cela va beaucoup mieux. Ma peau me dit merci aussi…
        Et tout cela grâce à tes bons conseils :-) …et à la vidéo d’Irène Grosjean.

  48. Miss Pat' says:

    Bonjour Lili ! Quel article alors ! Ton témoignage sur ton parcours au niveau alimentaire, mais aussi spirituel est très intéressant. Je suis également, mais d’une autre façon, très marquée par la question du comment s’alimenter pour être bien/pour se sentir mieux dans sa peau. Mon parcours a été également très chaotique, et aujourd’hui, mon alimentation est loin d’être idéale, sûrement, mais plus en accord avec moi-même (j’ai souffert d’une boulimie « intensive » pendant 15 années… ). Ma maman est une personne qui surveille énormément son alimentation et est férue de nutrition, elle s’informe depuis des dizaines d’années, lit des ouvrages parfois très ciblés sur certains sujets et elle a transmit évidemment à ses enfants beaucoup de choses dans ce domaine. A mon avis, cette « passion » parfois dévorante n’existe pas pour rien. Et je pense qu’elle naît à partir de carences, autant affectives qu’alimentaires. Enfin, les deux sont étroitement liées. La façon dont on mange en dit tellement sur ce que nous sommes finalement.

    Je te souhaite de te sentir mieux, et durablement, autant dans ton assiette que dans tes baskets. Cette recherche dure toute une vie. On en a jamais terminé avec la quête d’équilibre. Mais vivons cela le plus sereinement que nous pouvons.
    Je t’embrasse, et merci pour ces partages très généreux ! Excellente année à toi Lili !

Laisser un commentaire