1

Épisode n°1 : Ce que mon histoire dit de moi

Si vous deviez raconter l’histoire de votre vie, quelle serait-elle ? Quels seraient les mots que vous choisiriez ?

Les épisodes que vous auriez envie de relater ? Ceux que vous passeriez sous silence ? Seriez-vous satisfait(e) de votre réponse ?

Si cet épisode vous a plu ou inspiré, n’hésitez pas à encourager cette émission en notant votre ressenti sur votre plateforme d’écoute préférée.

 

J’écoute l’épisode 1

 

 

Bonne écoute !

 

Publication mentionnée dans le podcast : “Can seeking happiness make people unhappy? Paradoxical effects of valuing happiness.” 

 

Si vous souhaitez poursuivre votre exploration et vous faire accompagner, je peux vous aider à transformer votre rapport à la nourriture afin de vous sentir enfin bien dans votre corps, votre tête et votre assiette.

 

Pour plus d’informations, rendez-vous sur : https://auvertaveclili.fr/coaching/

 

Transcription du podcast

Bonjour bonjour ! Et bienvenue sur Vert ma Vie, votre nouveau rendez-vous bien-être. La semaine dernière, j’évoquais avec vous brièvement mon parcours… Dès aujourd’hui, je vais partager avec vous des outils pour aimer votre vie, telle qu’elle est. Si bien sûr, c’est quelque chose qui vous branche.

Car saviez-vous que le bonheur, c’est justement savoir apprécier ce que l’on a ?

La semaine prochaine, je vous expliquerai en détail le modèle de coaching que j’utilise et qui a changé ma VIE.

Mais pour l’heure, j’ai envie de vous poser cette simple question : si vous deviez raconter l’histoire de votre vie, quelle serait-elle ? Quels seraient les mots que vous choisiriez ? Les épisodes que vous auriez envie de relater ? Ceux que vous passeriez sous silence ?

Si vous alliez à une fête demain et que vous faisiez la connaissance de plusieurs personnes, quelles seraient les réponses que vous formuleriez à leurs « et tu es qui, toi ? » « tu fais quoi dans la vie ? »

Seriez-vous satisfait(e) de vos réponses ?

D’après moi, le vrai travail sur soi comment par-là : reconnaître les opinions que l’on a de soi et de sa vie, et décider si on veut les garder ou pas. Parce que oui, la clé du coffre au trésor est là : on peut choisir ses pensées, comme on choisit ses vêtements le matin après la douche. Et si ce qu’on a sous la main ne nous convient pas, on peut même en chiner des nouvelles. Parfois, il sera difficile de trouver le modèle qui nous convient vraiment, d’autres, ce sera un vrai jeu d’enfant.

Le premier pas vers une vie épanouissante est donc celui-ci : la conscience. Conscience de ce que l’on pense de soi, des autres, du monde qui nous entoure. Attention : cela peut paraître simple, et ça l’est en réalité, mais cette conscience demande de la concentration et de la pratique. Ce n’est pas une baguette magique que l’on secoue un matin et qui transforme notre journée.

C’est plutôt de multiples pauses dans sa matinée, son après-midi, sa soirée, pour se demander : qu’est-ce que je pense de cette habitude que j’ai ? Est-ce que j’apprécie la manière dont je parle à mes enfants ? Est-ce que j’aurais pu répondre autrement à mon collègue ? Est-ce vraiment si grave si mon mari n’a pas débarrassé son couvert ce soir ? Pas de jugement dans la mesure du possible. Juste des questions sur ses pensées, ses paroles, ses actions.

Je ne sais pas si quelque chose de similaire vous est déjà arrivé, mais pendant plusieurs années, je terminais mes repas par une infusion. Parce qu’on m’avait recommandé une tisane digestion après les repas, et j’appliquais ce conseil jour après jour. Jusqu’à un déjeuner, il y a quelques mois de ça, durant lequel j’ai eu une sorte d’illumination : mais je n’aime pas ça du tout en fait !

Et pourtant, pendant toutes ces années, je terminais mes journées par une boisson chaude alors qu’en réalité, je n’en avais pas vraiment envie. Peut-être qu’à un moment, ça me plaisait. Mais aujourd’hui, j’en avais marre. Je voulais autre chose après le déjeuner. Comme me brosser les dents par exemple.

Eh bien nos perceptions de nous, c’est pareil. On peut réaliser, comme ça, qu’elles ne nous conviennent pas. Que l’histoire de la fille maladroite, on n’en veut plus. Qu’être la collègue sympa, qui dit oui à tout, ce n’est pas nous en fait. Que notre enfant qui se cure le nez sur le canapé, ça ne nous dérange pas du tout. Et que le samedi soir sur le canapé, avec un bon bouquin, ça nous correspond mieux qu’une sortie au resto entre copines.

Petit exercice pratique : à la fin de votre journée, interrogez-vous sur ce qui vous a plus, ou non, et demandez-vous si la prochaine fois, vous aimeriez que ce soit autrement. Le but est d’apporter de la conscience sur vos pensées.