1

Par quoi remplacer… ?

  • Le lait

J’adore cette question. On me la pose souvent : « mais par quoi remplaces-tu le lait ? » C’est que la réponse est tellement facile et gourmande qu’elle suscite l’intérêt des plus réticents au changement !

Parmi mes préférés, je cite donc les laits (je dis « laits » mais il s’agit bien évidemment de boissons, le terme “lait” étant réservé aux boissons d’origines animales) : de soja nature ou vanille, d’avoine, d’amande, de riz, d’épeautre, de pistache, de coco, de noisette, de châtaigne, de sorgho, de sarrasin, de millet… En pâtisserie, on préférera des laits plutôt “épais”, comme le soja, l’amande, l’épeautre ou l’avoine.

Où peut-on les trouver ? En grandes surfaces et magasins bio. On peut également les faire chez soi très rapidement.

–> Je vous invite à consulter l’excellent dossier Faut-il manger des produits laitiers ? de Loetitia Cuisine qui offre tout un panel d’alternatives au lait, au fromage, à la crème…

  • La crème

Oh la crème… Fameuse crème fraîche que l’on trouve dans tous les plats !!! Est-elle cependant si indispensable en cuisine ? Eh bien, je ne pense pas !

Car là aussi, le choix est grand et on trouve aujourd’hui des crèmes de : soja, riz, avoine, épeautre, amande, millet

Ces crèmes végétales s’utilisent comme des crèmes « normales » et ont l’avantage d’être dépourvues de cholestérol. Elles comportent également moins de matières grasses. On aurait donc bien tort de s’en priver !

Où peut-on les trouver ? En grandes surfaces et magasins bio, tout comme les laits végétaux.

  • Le beurre

Avec la crème, le beurre est un des produits laitiers les plus employés en cuisine. Quand je pense au beurre, je pense surtout à l’excellent film Julie et Julia et à la réplique de Julie : « You can never have enough butter » (on ne peut jamais mettre assez de beurre).

Il est vrai que le beurre (surtout le beurre salé) est un ingrédient magique. Si, si, je l’admets ici. Fut un temps où la baguette de pain, le beurre et moi, on était très copains (avec mes hanches, beaucoup moins du coup !).

Et puis j’ai redécouvert les huiles (coco, tournesol, pépins de raisin, colza, olive…) et les purées d’oléagineux que l’on trouve en magasins bio (amande, noisette, cajou, cacahuète, sésame…). Les purées d’oléagineux s’utilisent dans des cakes et des gâteaux, ou encore étalées sur des tartines de pain. Elles sont riches en bons acides gras polyinsaturés ainsi qu’en protéines. Riches en fibres, elles apportent en plus des vitamines B1, B2, E, du calcium, magnésium, potassium, phosphore, sélénium et zinc.

Où peut-on les trouver ? Les huiles se trouvent en grande surface ou magasin bio tandis que les purées d’oléagineux se trouvent majoritairement en magasin bio, même si les GMS se mettent désormais à en proposer. Certains estimeront que leur prix est trop élevé mais qu’ils se rassurent : un grand pot de purée d’amande ou de cacahuètes dure plusieurs semaines car on en utilise peu à chaque fois au final, et pas systématiquement.

Quid de la margarine végétale ? La margarine végétale, sans produits laitiers et sans huile de palme, ça existe aujourd’hui un peu partout (ce qui n’était pas le cas lorsque j’ai démarré mon blog en 2012 : impossible de trouver de la margarine sans huile de palme). Pour rappel, l’huile de palme est l’huile la plus produite dans le monde et sa surproduction est responsable de la destruction de forêts dans les principaux pays producteurs (Malaisie, Indonésie, Bornéo et Sumatra). Il en résulte une aggravation des rejets de gaz à effet de serre ainsi qu’une réduction du milieu de vie de nombreuses espèces dont l’orang-outan. L’huile de coco commence à suivre le même chemin… Comme pour tous les aliments que vous achetez, je vous invite à vous renseigner sur leur provenance et méthode de production. Sachez, enfin, qu’il est possible de confectionner sa margarine végétale maison.

  • Le fromage

Là encore, je vous l’avoue : fut un temps, le fromage et moi… Fut un temps, je pouvais sauter l’entrée et le plat principal pour me délecter de fromage. C’est dit.

Nous vivons dans un pays réputé pour son fromage. D’après certains dires, il y aurait en France autant de sortes de fromages que de jours dans l’année…

Alors non, pour moi, rien ne peut remplacer le fromage de vache, de chèvre ou de brebis, celui qui sent les chaussettes et qui accompagne parfaitement un bon verre de vin rouge et une belle tranche de pain complet.

Mais quand je pense à la manière dont ce fromage est fait, au veau que l’on retire à sa mère (inséminée artificiellement de nombreuses fois par an, destinée à une vie de souffrances) pour récupérer son lait (un veau qui sera placé dans une petite cage où il ne pourra pas bouger afin de ne pas développer de muscle), à toutes ces mamans aux coeurs et aux pies meurtries qui finiront dans un burger fast-food bas de gamme, je préfère me rabattre sur les “faux-mages”, les fromages végétaux (et à ceux qui me demandent “mais tu n’as pas pensé à prendre une vache et à boire son lait ?” je réponds “no comment”) !

Et sachez que (grand avantage !), ces derniers peuvent être faits maison, comme nous le montre par exemple Marie Laforêt dans son ouvrage Fromages Vegan.

Où peut-on les trouver ? Les “faux-mages” ou fromages végétaux tous prêts se trouvent en magasins bio, souvent sous le terme « pâtés frais » ou « spécialités à tartiner ». On peut également les confectionner.

  • Les œufs

Souvent le plus compliqué pour nous à remplacer (mais rassurez-vous, c’est psychologique !), sachez que les œufs se remplacent très facilement, de beaucoup de manières différentes : duo bicarbonate alimentaire/vinaigre de cidre, compotes de pomme, bananes écrasées, purées de courges, tofu soyeux, fécules de maïs ou tapioca…

Je vous invite à consulter l’article très clair et complet, avec un joli tableau, écrit par Ophélie, pour son blog Antigone XXI.

Sur mon blog, vous trouverez de nombreuses recettes “classiques” sans oeufs (cookies, muffins, financiers, crêpes, gaufres, génoisesbrownies, galettes des rois…).