Candidose : par où commencer ?

Colites intestinales avec gaz, ballonnements, démangeaisons anales, diarrhées, constipation ; fatigue inexpliquée et troubles du sommeil ; problèmes gynécologiques récurrents ; eczéma, psoriasis, champignons aux pieds, muguet ; dépression, anxiété, maux de têtes, difficultés à se concentrer, sautes d’humeur ; douleurs articulaires et musculaires… et si le responsable de vos maux était le candida albicans (ou la candidose) ?

Candidose

Candida albicans et candidose

Ce champignon de type levure qui est présent à l’état naturel dans votre organisme se nourrit habituellement de matières organiques en décomposition, assurant ainsi un équilibre bactérien dans votre corps. Cependant, à cause du stress, de médicaments oxydants comme les antibiotiques, les corticoïdes, la pilule contraceptive et la plupart des vaccins ou d’une alimentation trop raffinée (sucre blanc, pain blanc, pâtisseries industrielles, fritures, fromages et viandes gras, sodas…), le candida albicans peut se multiplier à l’excès et donner ainsi lieu à une candidose, une maladie chronique qui s’installe petit à petit et dont il est difficile de se débarrasser.

Pendant de nombreuses années, j’ai souffert en silence de douleurs digestives à répétition, de mycoses, de dépression et d’anxiété, d’une fatigue chronique… sans savoir que ces maux étaient liés mais surtout reliés au candida albicans. Les médecins que j’avais consultés préféraient m’envoyer chez le psy plutôt que de m’orienter vers d’autres techniques, d’autres médecines, d’autres solutions. Je ne leur en veux plus aujourd’hui, je sais qu’ils ne pouvaient pas faire autrement, hormis admettre qu’ils n’y comprenaient rien eux non plus, qu’ils n’avaient pas été formés au diagnostic d’une candidose.

Candidose 2

Car mettre le mot « candidose » sur une pathologie c’est prendre le risque. Celui de ne pas savoir accompagner le patient vers la guérison. Voyez-vous : de mon point de vue, basé sur mon expérience personnelle mais aussi des nombreuses rencontres que j’ai pu faire ces dernières années, il n’y a pas une manière d’aborder le problème, mais plusieurs. Et c’est ce que je vais développer dans cet article. En effet, vous êtes nombreux et nombreuses à atterrir sur mon blog via les moteurs de recherche ou par le bouche-à-oreille, à suspecter une candidose mais à ne pas savoir comment agir par la suite. Si j’ai écrit plusieurs articles (ici et ) au sujet de cette levure, réalisé plusieurs vidéos (ici, ici, et ) et publié un ouvrage, je peux comprendre qu’il vous faut un endroit qui centralise les informations que je peux vous apporter, et j’espère que vous trouverez vos réponses dans ces lignes.

Candida albicans : un cheminement

Quand on souffre de candidose, on se retrouve souvent seul, incompris. On lutte de son côté, d’abord dans un état d’affolement (quand j’ai enfin su quel mal s’était emparé de moi, j’ai bêtement pleuré « mais je ne pouvais pas avoir autre chose, une maladie connue !! »), puis de colère (« cette candidose n’aura pas ma peau ! ») et enfin d’acceptation (« OK, c’est ainsi, je vais m’en sortir, ça prendra du temps mais j’ai confiance en la Vie ! »). Personnellement, c’est dans cette dernière attitude que j’ai trouvé la solution, MA solution. Quand il s’agit du candida albicans, je le redis : il y a plusieurs chemins et non pas un seul. Du reste, c’est ce qui est difficile avec la candidose. On cherche, on tâtonne, on s’égare, on teste tout plein de choses, on y laisse des sous (beaucoup de sous !), de l’énergie et de l’espoir aussi, mais on finit toujours par avancer quelle que soit la route empruntée et on grandit, qu’est-ce qu’on grandit…!!! Je suis maintes et maintes fois repartie à zéro. Et puis j’ai enfin fait la paix avec mes 3 corps (mental, émotionnel, physique).

Candidose 3

Je tiens à souligner que si vous souffrez d’une prolifération de candida albicans aujourd’hui, ce n’est pas un hasard. Vous avez un terrain favorable (en médecine ayurvédique, la candidose est souvent reliée à un déséquilibre de Vata, l’élément lié au mouvement, à ce qui nous agite et nous stimule, le grand “mal” de notre société, m’a expliqué mon amie Cécile) et à la moindre contrariété, qu’elle soit émotionnelle ou physique, vous risquez de revoir vos anciens maux apparaître, même une fois que vous êtes guéri(e). La différence avec avant toutefois, c’est que vous êtes désormais en possession des bonnes armes, vous avez en vous les bons outils pour faire face, vous connaissez votre corps, vous savez comment il réagit et à quoi, vous êtes fort de votre expérience.

Candidose 4

Candidose : le diagnostic

Les différentes méthodes pour diagnostiquer une candidose sont :

Dans un premier temps, je vous recommande d’effectuer les deux premiers tests, ils sont gratuits et accessibles. Bien qu’ils ne soient pas fiables à 100%, ils permettent néanmoins de s’assurer qu’on est sur la bonne piste. Les trois derniers examens sont plus contraignants et coûteux : ils impliquent de trouver un prescripteur qui saura vous orienter vers les bons bilans et de vouloir dépenser un peu d’argent pour vous assurer un diagnostic sur papier. Je vous recommande de vous tourner vers un naturopathe ou un médecin spécialisé en micro-nutrition. Je vous ai indiqué les liens des tests que j’ai réalisés.

Candidose 5

Traiter une candidose

Vient ensuite le moment de remettre de l’équilibre dans sa vie. Comme je l’ai noté plus haut, la prolifération du candida albicans est le résultat d’un déséquilibre bactérien et on peut le voir comme le symbole d’un redémarrage à réaliser. La levure se nourrissant de matières mortes, si l’on se tourne vers la métaphysique, cette philosophie qui relie les maux émotionnels et corporels, on peut se poser la question suivante : qu’est-ce qui nous parasite actuellement dans notre vie ? Qu’est-ce qui ne correspond pas à nos attentes ? Suis-je trop exigeant(e) et méfiant(e) dans mes relations ? Ai-je la sensation d’être débordé(e), d’en faire trop, d’être dispersé(e) ? Par ailleurs, le foie étant l’organe le plus directement touché par la candidose, on peut s’interroger sur ce qui nous cause de la frustration et de la colère, sur ce qui nous ronge, tout simplement… Je reviens plus longuement sur le décodage des maux et des maladies dans un article de blog que j’ai écrit pour les éditions Jouvence et dont je vous recommande la lecture.

La prolifération du candida albicans fait baisser le taux vibratoire et la vitalité des personnes qui en sont victimes. Aussi, une approche holistique de la guérison est à mon sens indispensable. C’est pourquoi, quand on vous oriente vers un régime classique « anti-candida », on ne fait que repousser le problème. Qu’est-ce que le régime « anti-candida » me demanderez-vous ? C’est une diète très stricte que recommandent certains professionnels de la santé et qui peut causer plus de dommages que de bienfaits sur le long terme. Ce régime de privations stipule qu’il faut supprimer de son alimentation la sauce soja, le thé noir, le café, le chocolat, les produits laitiers, tous les fruits frais ou secs, toutes les boissons fermentées, tous les produits maltés, tous les vinaigres, certains oléagineux, les champignons, les légumes amidonnés et racines (pomme de terre, panais, betterave, navet…), les sucres lents comme le riz, les pâtes et le pain, les céréales riches en gluten…

Candidose 6

Si certains de ces aliments gagnent effectivement à être mis de côté quelques temps, il n’empêche que passer d’une alimentation « classique » à un régime drastique n’est jamais bénéfique, tant pour le corps que pour la tête ! En effet, vous risquez de stresser davantage votre corps et donc de favoriser le développement du candida albicans, tout comme d’introduire dans votre mental trop de contrôle, favorisant ainsi la restriction cognitive et certains troubles du comportement alimentaire. Pour guérir de la candidose, il faut avant tout faire la paix : avec soi-même, avec les autres, avec sa vie et celle des autres… Catégoriser les aliments comme « bons » ou « mauvais » ne fait qu’éloigner la prise de conscience de ses sensations alimentaires, indispensable à une meilleure connaissance de ses besoins réels. À ce sujet, je vous recommande également la lecture de plusieurs articles du blog Green Delight.

L’alimentation idéale

“Comment procéder donc ?”, me demanderez-vous à juste titre. Parmi toutes les méthodes que j’ai expérimentées, toutes m’ont été aussi bénéfiques que nocives. Pourquoi ? À chaque fois je fonçais tête baissée, sans réellement m’écouter, me plongeant corps et âme dans le jeûne, l’alimentation vivante, l’ayurvéda ou encore les régimes pauvre en FODMAPs, à Index Glycémique bas ou Low Carb/sans sucre. Je voulais tout faire, trop faire, beaucoup trop rapidement, brusquant ainsi mon corps, le maltraitant en quelques sortes, l’empêchant de s’adapter et le privant de ses besoins véritables. C’est ainsi que durant un hiver entier, je ne me suis nourrie que d’aliments crus alors que j’ai les intestins fragiles et que j’aime les légumes cuits, que j’ai fait des cures d’ail frais et en gélules alors que je ne le digère absolument pas, que je me suis forcée à avaler du jus de Noni alors que c’est la boisson la plus dégueulasse (excusez le terme, mais je n’en trouve pas d’autres !) que j’ai jamais goûtée… J’entretenais ainsi sans le savoir une lutte sans merci dans laquelle je me bagarrais… contre moi-même !!!

Candidose 7

Aujourd’hui, je compose des assiettes qui me conviennent en piochant dans tous ces différents outils : des jus de fruits et de légumes, des boissons chaudes au gingembre et curcuma, des légumes cuits en abondance, une consommation raisonnable de céréales, quelques fruits frais et secs et une poignée d’oléagineux en guise d’en-cas… Dans ma tête ne réside aucun interdit, seulement la conviction profonde que certains aliments me conviennent et me font du bien, tandis que certains m’apportent une lourdeur digestive et des brûlures d’estomac. Vous l’aurez compris : l’alimentation idéale est celle qui vous fait du bien, à vous et rien qu’à vous ! Il va donc falloir partir à sa recherche…!

Parvenir à éradiquer sa prolifération de candida albicans est un processus qui demande du temps, de la patience, de l’ouverture et de la tolérance. Il ne faut pas avoir peur de chercher, de se remettre en question, d’expérimenter, de s’accorder du temps pour soi, pour méditer, pour pratiquer une activité qui vous fait du bien comme le yoga ou le qi gong par exemple, mais aussi la danse, la natation, la marche… Le tout dans un esprit de respect de soi et d’amour.

Candidose 8

Aller plus loin

Je ne sous-entends pas qu’un changement alimentaire ne doit pas être opéré, simplement qu’il doit se faire dans la douceur et l’amour de soi, à un rythme qui est le sien. Dans mon ouvrage « Mon alimentation facile Anti-candida et 70 recettes », paru aux éditions Jouvence en octobre 2017, j’explique mon approche en profondeur et je vous livre mes recettes (pour le coup, j’estime que les repas industriels doivent être troqués pour des repas maison !) pour vous accompagner au quotidien dans votre démarche. Cependant, j’insiste également sur le fait que trouver l’alimentation juste, celle qui correspond à ses valeurs, à sa sensibilité digestive ainsi qu’à son mode de vie n’est pas une tâche facile et qu’un traitement anti-candida implique un travail sur soi à réaliser. Je vous en dis plus sur mon blog ainsi que dans une interview réalisée par Carole Rinaldi pour la Télé Jouvence.

La guérison de la candidose est un processus long, dans lequel nos trois corps (mental, émotionnel et physique) sont sollicités. Parce qu’elle fait appel à ses ressentis, à ses émotions, à son vécu, à une véritable transformation intérieure, elle ne peut d’après moi être protocolisée ou réduite à un simple régime alimentaire. C’est pourquoi je vous encourage vivement à vous faire accompagner par un naturopathe compétent qui saura vous guider et vous soutenir dans votre démarche. Mais surtout, je vous invite à garder la foi, à ne pas baisser les bras, à sourire à la maladie car cette dernière, au final, vous apprendra beaucoup sur vous-même et vous permettra d’accomplir votre mission sur Terre.

Candidose 9

Le témoignage d’Erinna

J’ai rencontré Erinna lors d’une conférence que j’ai donnée sur le candida albicans et la candidose en novembre dernier. J’ai pu échanger avec elle sur son combat et apprécier son parcours et ses propos qui restent positifs malgré tout ce que la jeune femme a traversé. Elle a gentiment accepté de partager avec vous son cheminement, que voici… Il est le reflet de ce que traversent bien souvent les personnes atteintes de candidose : incomprises, ballottées à droite et à gauche, livrées à elles-mêmes… Souvenez-vous cependant toujours de ceci : vous n’êtes pas seul(e) !

«La petite histoire que je vais vous raconter aujourd’hui est la mienne. En réalité, nous sommes deux, car j’ai une “invitée” depuis environ un an. Elle ne me quitte plus, elle s’appelle Candida Albicans ou plutôt Candidose (qui est sa petite copine moins sympa que la première). Je ne l’ai pas conviée. À dire vrai, je la trouve même un peu collante. Mais elle s’est incrustée sans me demander mon avis. Je ne m’étalerais pas sur ce qu’est une candidose, Lili l’a fait pour moi. Je ne le savais pas encore mais notre histoire a commencé en juillet 2016 avec une prise d’antibiotiques à forte dose pour une très grosse infection urinaire. Infection très vite guérie grâce à ces merveilleux antibiotiques (les antibiotiques c’est pourtant pas automatique !). C’était sans compter sur l’installation de ma copine la candidose…

Ma langue était devenue douloureuse et légèrement jaune, une fatigue extrême me saisissait, sans parler des douleurs au niveau de mes muscles. Les deux derniers symptômes ne m’inquiétaient pas vraiment, je travaillais beaucoup et cela me paraissait logique. Le médecin m’avait dit que c’était juste un petit muguet buccal (mycose buccale) lié à la prise des antibiotiques. Dans mon cas, c’était bien plus sérieux. Sur prescription médicale, j’ai enchaîné plusieurs fongicides médicamenteux pendant environ 3 mois. Sans résultats. Je dirais même que mon état empirait : en janvier 2017, ma langue était noire… Et là, j’ai eu une illumination ! Pourquoi ne pas retourner voir cette thérapeute en médecine chinoise qui m’avait suivi pendant plusieurs mois auparavant ?

C’est donc ce que je me suis appliquée à faire au mois de février 2017. Elle a examiné ma langue et même si cette maladie n’était pas sa spécialité, elle a enfin pu poser un diagnostic : je souffrais d’une candidose intestinale. C’est donc à ce moment-là que notre véritable histoire à Candidose et moi a commencé. Sur les conseils de cette thérapeute et appuyée par une diététicienne, nous avons entamé un régime anti-candida classique : plus de gluten, de levure, de sucre, d’aliments fermentescibles, de fruits et j’en passe… en additionnant la prise d’un fongicide naturel. Mais ma thérapeute voulait confirmer ce diagnostic et être sûre à 100% que c’était effectivement le mal dont je souffrais.

Alors que le régime me faisait perdre du poids à vue d’œil (ce n’était pas bien grave j’avais pris 20 kilos ces 4 dernières années et je pensais que c’était lié à mon activité professionnelle : je travaille en pâtisserie), je me décidais à consulter différents médecins pour faire des analyses et enfin confirmer ce diagnostic. Quelle ne fut pas ma déception d’entendre de la bouche de ces professionnels de la santé des propos comme : “c’est psychosomatique Mademoiselle” (étais-je en train de devenir folle ? Je n’en avais pas l’impression…), “vous êtes anorexique-boulimique et c’est le fait de vous faire vomir qui engendre cette tache noire sur votre langue” (eh bien non, je n’ai aucun problème avec la nourriture à part celui de ne pas pouvoir manger ce qui me fait envie !), ou encore “il faut arrêter ce régime, c’est une pure bêtise qui ne vous guérira pas !”. Il était hors de question que j’arrête, j’en étais persuadée, il fallait que je continue cette diète anti-candidose. J’ai tenu tête à tous ces médecins.

J’entendais Candidose ricaner comme pour dire “tu vas craquer, tu vas manger du sucre”, mais non, je tenais bon. Mes recherches sur la candidose intestinale étaient devenues cependant obsessionnelles. En français, en anglais, en italien, je cherchais des informations partout. Au mois de juillet 2017, ma coloc’ Candidose n’était toujours pas décidée à faire ses valises à mon plus grand désespoir. Mon moral était au plus bas. Les symptômes s’étaient aggravés : petite réaction d’Herxheimer qui a duré 2 semaines (c’est courant quand le candida se sent en danger : il aggrave ses symptômes). J’ai continué le régime, les séances mensuelles d’acupuncture qui me faisaient un bien fou, ainsi que le fongicide naturel appuyé par un peu de chlorella pour nettoyer mon organisme.

Candidose 10

C’est quand j’étais au plus bas que l’on m’a conseillé d’aller consulter un médecin dans ma région, spécialiste de la candidose. Ma copine un peu collante et moi nous sommes rendues à ce premier rendez-vous, et là, soulagement : “vous avez bien une candidose intestinale, nous allons faire les analyses adéquates pour le confirmer”. Ces dernières ont bien sûr confirmé ce diagnostic et la spécialiste a changé le traitement et l’a remplacé par deux autres fongicides et des vitamines car mon corps, et surtout Candidose, s’étaient accoutumés au précédent. De plus, je me suis mise au yoga durant l’été car le médecin m’a expliqué que le stress jouait un rôle important dans la candidose. En quelques mois, plus de taches sur la langue, moins de fatigue et les autres symptômes qui me pourrissaient la vie se sont un peu atténués.

Au mois de décembre 2017, j’ai eu LA prise de conscience : j’ai enfin compris que les antibiotiques n’étaient qu’un déclencheur de ce mal dont je souffrais. En réalité, les symptômes, et donc Candidose, avaient commencé à s’installer en 2012 après un choc psychologique particulièrement traumatisant. Sur le moment, j’ai voulu jouer la femme forte, c’était un peu ma façon d’appréhender la chose pour ne pas sombrer. Mon corps, lui, avait bien compris et avait tiré la sonnette d’alarme. Mais je n’avais pas saisi que tous ces symptômes qui duraient depuis 5 ans étaient en réalité dus à ma maladie, toujours elle. C’était tellement clair maintenant : migraines, fatigue inexpliquée, douleurs musculaires et articulaires, mauvais sommeil… C’était déjà Candidose !

C’est aussi le moment où j’ai pris la décision de changer de carrière professionnelle et d’entamer un BTS de diététique par correspondance pour devenir diététicienne spécialisée dans la candidose intestinale. C’était désormais une évidence ! Je me suis sentie tellement seule et désemparée ces derniers mois qu’il est devenu primordial de faire connaître la maladie, et d’accompagner les gens qui, comme moi, se retrouvent avec un compagnon de voyage sans l’avoir invité.

Nous sommes en janvier 2018 et à mon plus grand désespoir la rémission n’est toujours pas là, mais j’ai compris beaucoup de choses. La première est qu’une guérison totale n’est pas possible, le jour où la candidose ne sera plus là, je devrais tout de même être très vigilante quant à mon alimentation. La seconde : le stress et le psychologique jouent un rôle de premier plan dans la maladie. La troisième est l’importance d’écouter son corps. Et pour finir, la plus importante, c’est qu’il n’existe pas un seul régime anti-candidose pour guérir : chacun doit écouter son corps et son ressenti.

Je suis en train d’effectuer un changement alimentaire vers plus de légumes (même si j’en mange déjà beaucoup) et surtout plus de crudités (voir l’article de Lili sur le sujet). Et je suis désormais persuadée que l’alimentation est la base de notre santé. Ne dit-on pas que l’intestin est notre deuxième cerveau ? Ce début d’année est pour moi synonyme de changement (moi qui habituellement déteste ça !) : mes études, mon mode de vie, la création en cours d’un blog candida friendly…

En conclusion, je vous dirais que si comme moi vous êtes atteint de candidose intestinale, ne perdez pas espoir ! Entourez-vous de bons thérapeutes et d’un soutien moral sans faille. Quant à moi, j’ai enfin trouvé les spécialistes et médecins qui me comprennent. Je profite de ces quelques lignes pour remercier tout particulièrement ma thérapeute en médecine chinoise pour m’avoir cru, ma prof de yoga pour la pratique qu’elle m’enseigne avec force et douceur, ma famille, mon chéri et mes amis. Et bien sûr Lili pour sa confiance et sa bienveillance. Sans eux mon cheminement aurait été bien plus difficile.»

Print Friendly, PDF & Email

43 comments

  1. Sueli says:

    Bonjour,
    Suite a un prelevement vaginale j’ai appris moi aussi que j’etais atteinte de cette candidose, j’ai 25 ans et depuis mes 20 ans a peu près je souffre des differents symptomes qui se sont aggravés cette année. Mais depuis que je sais que tout ceci n’etait pas dans ma tete mais bien dans mon corp, j’ai accepter la situation et ai commencer mon regime. La seule chose c’est que cette candidose m’a fait perdre l’homme auquel je tenais plus que tout car lui et sa famille ne m’ont pas comprise, ont juger que me lancer dans ce regime etait inutile, trois jours apres ces mots blessants il m’a quitté. Je me retrouve aujourd’hui seule face a ma maladie.. Et je suis désemparé de constater que les medecins n’y connaissent rien, j’ai rendez vous chez une allergologue Mardi pour voir ce qu’elle me dire a ce sujet.. merci pour tout vos témoignages, ca reconforte de voir que je ne suis pas seule dans ce cas..

  2. Jihane says:

    Bonjour!
    C est extraordinaire. Je consulte ton site régulièrement depuis un certain temps pour tes supers recettes et, honte à moi, je ne savais pas que tu avais été victime de ce candida. Hier, après une analyse de sang spéciale, ma naturopathe m a confirmé que cette vilaine candidose m accompagnait. Elle m a expliqué le régime à suivre avec des petites particularités selon mon propre cas, et m a précisé de surtout bien écouter mon corps. Elle m a aussi “prescrit” un complément alimentaire végétal appelé candibiotic , tu connais ? Voilà, après 2 ans et même bien plus Si on se base sur mes symptômes qui existaient déjà depuis une bonne dizaine d années avant que les grosses douleurs n apparaissent. Les examens endoscopies échographies irm scanner electromyogrammes etc etc pour finir par me dire “tout est normal” ” c est dans la tête” GRRRRRRR “mais vous avez un terrain anxieux, ah oui voilà” OH MY GOD. Et mon généraliste “une recherche de candida ? Ça ne servira à rien. Prenez plutôt du laroxyl ” Eh là !!! BREF! Merci à Ma naturopathe, Merci à toi Lili, Merci à toutes pour vos témoignages et Merci à moi pour avoir cru en moi et décider d aller plus loin dans la recherche de Ma pleine santé.
    NAMASTÉ.

  3. Karine says:

    Bonsoir bonsoir,

    Alors que je cherche sur ton site une recette de quiche vegan je tombe sur cet article …. !!
    Le verdict est “encore” tombé pour moi jeudi soir, candida albicans décelé dans un prélèvement vaginal. C’est ma récidive à moi avec la vaginose bactérienne (ou Gardnerella Vaginalis) depuis 2012 suite à un gros choc psychologique. Ça s’en va et ça revient et ça m’angoisse et me complexe dans ma vie sexuelle. Bref ! j’avais commencé un rééquilibrage alimentaire avec une naturopathe l’année dernière et je crois que je vais y retourner.
    Pour moi les symptômes sont: grosse fatigue, anémie sévère, insomnies, troubles intestinaux, douleurs musculaires…
    Ma seule consolation: savoir que je ne suis pas seule et surtout que je ne suis pas folle mais certains jours ça m’agace de passer mon temps à essayer de m’en sortir toute seule à coups de recherches sur internet et achats de diverses gélules anti-candida.
    Question: est-ce une pathologie typiquement féminine selon vous ??

    Merci et bonne guérison à vous.

    • Lili says:

      Bonjour Karine,

      Merci beaucoup pour votre message !
      Je suis désolée de lire que vous êtes également atteinte de candidose. Pouvoir mettre un mot sur vos maux cela dit va beaucoup vous aider…
      D’après mes observations, les femmes sont plus touchées, ou du moins, elles détectent mieux la candidose, notamment en cas de mycose vaginale. Pour les hommes, c’est plus subtil mais ils peuvent souffrir eux aussi de candidose.
      Bon courage, prenez bien soin de vous !

      Lili

  4. stephanie says:

    Bonsoir,
    alors que je cherchais une recette je suis tombée sur ce blog et cet article m’a interpellé. Je dois malheureusement reconnaitre que les symptomes me parlent… surtout en ce moment. J’ai des problèmes de constipation et de ballonnements douloureux depuis aussi loin que je me souvienne. Mon médecin me disait de ne pas m’allarmer et me donnait quelque chose pour que ça passe avec plus ou moins d’efficacité. J’ai plus ou moins toujours vécu avec ça alors je m’y suis habituée. Il y a 2 ans et contre l’avis du médecin je suis allée voir une gastro un jour de ras le bol qui m’a dit que mon colon était trop long, que je devais prendre du psyllium et des probiotiques à vie, éviter les crudités, certains fruits ect… A coté de ça j’ai souvent des infections urinaires, j’ai une intolérance au lactose et depuis quelques mois une extreme fatigue dont je n’arrive pas à remonter et des migraines alors que je n’ai jamais été migraineuse. J’ai également des coups de blues.. Bref je me reconnais un peu dans cet article.. Je pense qu’une vérification s’impose.

    Merci pour toutes ces informations.
    Stéphanie

    • Lili says:

      Coucou Stéphanie,

      Merci pour ton message et ce témoignage !!
      Effectivement, ce que tu décris peut être lié au candida… Ce serait bien de vérifier. En tous cas, tu sembles avoir une baisse de ton système immunitaire. C’est possible que ce soit juste cela et passager, mais dans le doute… As-tu essayé l’acupunture pour la fatigue et les migraines ?
      Je t’embrasse !

      Lili

  5. Ann says:

    Bonjour Lili,

    Mille mercis pour ton partage d’expérience, ô combien pertinent et précieux ! ;-)

    Candidose oblige, je retire les sucrants (y compris miel, sirop d’agave ou d’érable, sucre de fleur de coco,… et même les dattes) de mes recettes. Et finalement, cela me plaît bien d’avoir des petits-déj ou desserts moins sucrés au goût ! Sauf que cela modifie forcément la structure et la consistance du plat et j’ai parfois de beaux ratés dans mes réalisations (souvent, mes gâteaux ressortent du four pas assez cuits…même après 50mn de cuisson) !
    Aurais-tu un conseil et/ou des ingrédients qui pourraient convenir pour remplacer les sucrants et permettre d’obtenir la consistance voulue ?

    Merci d’avance pour tes lumières !

    • Lili says:

      Coucou,

      Merci pour ce message. :)
      Le sucre joue un rôle dans la structure d’une préparation.
      Mon conseil est d’ajouter de la poudre d’amande ou de noisette ou encore de la noix de coco râpée.
      Mais pâtisser sans sucre, c’est tout un travail. On n’obtient pas un fabuleux gâteau comme ça, il faut faire des essais… :)
      J’ai partagé plusieurs d’entre eux dans mon e-book “Sans” et mon livre Anti-candida. Et je continue d’expérimenter à la maison. Tu vas y arriver à la longue ! :)
      Je t’embrasse,

      Lili

      • Ann says:

        Arf, j’arrête pas de faire des essais !!! ;-)
        MERCI pour le tuyau et j’ai déjà testé quelques recettes de ton livre anti-candida (qui est top : recettes simples, faciles, rapides !). Mais pour celles qui ont du sucre de fleur de coco, par exemple, je ne savais pas trop comment faire…
        Bon, je vais continuer d’expérimenter (ah mais c’est que je ne vais pas me laisser abattre comme ça, moi ;-) ) !

        • Lili says:

          Hihi, c’est génial ça, on dirait moi en cuisine, je ne lâche rien non plus. ;)
          La noix de coco râpée fonctionne bien alors dans ce cas-là. Mais je suis sûre que tu vas trouver d’autres astuces. :)
          Je t’embrasse,
          Lili

  6. Polixène says:

    Merci Lili, de tous tes partages!
    Je te le dis aujourd’hui, et sous cet article, parce que ma fille aînée a eu ce parcours.
    Du coup, elle a fait des études pour devenir aromathérapeute, et, je peux dire que les huiles essentielles sont un trésor pour tous ces tracas.
    Personnellement, je m’en sers pour d’autres pathologies, mais j’ai suivi de près son combat à elle contre la candidose. Elle a réussi à la maitriser, depuis elle est maman. Comme tu le disais, dans les moments de stress intense ça essaie de revenir, mais la vigilance et l’écoute de soi empêchent les dégats.

    Voilà, ce petit témoignage indirect pour dire à toutes celles qui galèrent de ne pas désespérer, des solutions existent pour chacune d’entre nous. Il faut reprendre le pouvoir sur notre santé et tout d’abord se connaitre pour se prendre en charge; ensuite oser construire son propre chemin vers le mieux -être.
    Bon courage à toutes et merci Lili pour ton travail et ta générosité.

    • Lili says:

      Bonjour,

      Merci beaucoup pour cet adorable message et ce beau témoignage ! :)

      Effectivement, les huiles essentielles peuvent être d’un grand secours !
      J’ai fait appel à elles de nombreuses fois… :) C’est un outil parmi tant d’autres. Je pense aussi que l’aide d’un aromathérapeute est précieux.
      Mais de mon expérience, les HE seules ne suffisent pas à guérir, et ne conviennent pas à tout le monde.
      Comme tu dis, il faut d’abord se connaître, c’est primordial ! :)

      Bises à toi et ta fille du coup et bon dimanche,

      Lili

  7. Marie says:

    Bonjour
    Sur les conseils d une infirmières naturopathe, j ai réglé mon problème grace au vinaigre de cidre quotidien ajouté dans mon alimentation et aux yaourts au bifidus actif. Il y a longtemps et ce n est jamais revenu.j ai arrêté les yaourts mais gardé le vinaigre de cidre bio comme base de mes sauces pour crudités

    • Lili says:

      Bonjour,

      Merci beaucoup Marie pour cette belle astuce !
      Le vinaigre de cidre est un “remède de grand-mère” qui a fait ses preuves chez plusieurs personnes, mais pas tout le monde. Tout dépend de sa constitution, de son terrain, de la sévérité de la candidose… Mais effectivement, c’est un bon produit !

      Bien à vous,

      Lili

  8. Claire says:

    Bonsoir et merci pour cet article!

    J’ai des douleurs type brulure à l’estomac depuis mon adolescence mais malgré de nombreux examens la conclusion a été “c’est dans votre tête” alors j’ai souffert en silence depuis maintenant 13 ans. J’avais aussi à cette époque des cystite à répétition.

    Depuis 2 ans mes douleurs se sont étendues à tout mon système digestif et je suis épuisée en permanence, j’ai des fourmillements, des courbatures inexplicables…

    Je n’avais jamais entendu parlé de la candidose avant de voir un de tes posts sur instagram! J’ai fait le questionnaire en ligne pour commencer et j’ai 150 points… Je vais prendre rdv chez un nouveau médecin, en espérant trouver quelqu’un qui m’écoutera enfin!

    • Lili says:

      Coucou Claire,

      Merci pour ton message !
      Je suis vraiment désolée de lire que tu es en souffrance depuis tout ce temps…!
      Ce fameux “c’est dans votre tête” a le don de me mettre en colère !! Car tout ce que tu me décris là ressemble fortement à une candidose non diagnostiquée qui s’est étendue joyeusement…
      Quand tu prends rdv, n’hésite pas à demander si le médecin est familier avec la candidose, sinon tu vas perdre ton temps.
      Je te recommande aussi de contacter un praticien certifié en médecine intégrative : http://ecim.pro/ou-trouver-nos-praticiens-certifies.html

      Bien à toi,

      Lili

      • Claire says:

        Bonsoir Lili et merci pour ta réponse!
        J’ai pris rdv avec un nouveau généraliste, c’est demain soir… je vais voir ce que ça donne. En tout cas je vais y aller en lui parlant de la Candidose. Je vais y aller avec le questionnaire également. J’espère tomber sur quelqu’un d’ouvert, au moins pour pouvoir faire des examens pour confirmer ou non.

          • Claire says:

            Bonsoir Lili,

            Le médecin n’y croit pas vraiment mais elle m’a quand même prescrit une analyse de selles pour vérifier, en plus d’analyses de sang pour d’autres choses.

            Réponse bientôt :)

            Merci à toi,

            Claire

  9. Belinda says:

    Bonjour et merci pour cet article où j’ai l’impression de me voir dans certains symptômes….affaire à suivre car j’ai un bilan sanguin et analyse des selles en cours, on verra ;-)

  10. Laura Gleizes says:

    Bonjour Lili,

    Merci de ce texte qui témoigne de ton expérience et qui résonne fort en mon cœur. Notre corps sait ce qui est bon pour lui, pour sa guérison, il est notre meilleur guide. Il est important de revenir libre et souverain dans notre alimentation (comme dans tous les autres domaines d’ailleurs) en nous reconnectant à notre guidance intérieure.

    Apprendre à écouter notre ressenti et à nous faire confiance est un long chemin, mais tellement libérateur ! Fini les dogmes, les prisons alimentaires, les prisons mentales, et bienvenue à liberté d’être soi, la prise de responsabilité personnelle vis-à-vis de notre propre santé.

    Merci pour ton travail, merci pour tes mots, tes recettes, qui accompagnent mon quotidien.

    Pour un meilleur monde et dans l’unité,
    Avec tout mon amour et mon soutien,

    Laura

    • Lili says:

      Coucou Laura,

      Que c’est beau et bien dit ce que tu as écrit ! Je te rejoins tout à fait dans tes propos, merci. :)
      Je t’embrasse,

      Lili

  11. Dl says:

    Merci pour ce super post Lili. Je sais que chacun réagit différemment et a un régime différent, mais pourrait tu donner un exemple de ce que tu manges au quotidien, à chaque repas ?
    Conseilles tu d’arrêter le pain sans gluten totalement ? Ou penses tu qu’en manger une ou deux fois par semaine, par exemple le we, anéantit tous les efforts ?
    Idem le chocolat, les barres de fruits secs… Faut il les arrêter à vie ou peut on en prendre de temps en temps (sans risque que le candida en profites pour refaire surface)? Merci pour ton aide !

    • Lili says:

      Coucou,

      Je peux essayer, mais ça varie vraiment en fonction des jours, je n’ai pas le même appétit tous les jours.
      Au petit-déjeuner, je mange soit un porridge (voir l’une des dernières recettes sur mon blog) soit un yaourt de soja mélangé à une compote maison non sucrée, du muesli maison, des graines, un peu de spiruline. Le matin, je mange rarement la même chose en fait, mais souvent des bols avec plein de choses dedans. Si j’ai un creux le matin, un fruit et une boisson chaude, comme un lait d’or. Le midi, un grand bol de légumes de toutes les couleurs, cuits à la vapeur, tels quels ou en purée, nappés de purée d’amande ou de sésame, parsemés de graines et d’épices. Un yaourt de soja en dessert, deux carrés de chocolat parfois. L’après-midi, je mange un fruit, des fruits secs ou des oléagineux. Parfois, je prépare un gâteau ou des biscuits si j’en ai envie. Mais ce n’est pas tous les jours. Le soir, c’est plutôt soupe ou légumes vapeur, riz ou quinoa et verdure (mâche, roquette), avec un mélange d’huile Oméga 3, des épices, des graines… Mais ça change comme je te disais en fonction de mes envies, de mon appétit. Ma base reste la même cependant : je fais la part belle aux légumes, d’autant plus que j’adore ça ! Pour ce qui est du pain, j’en mange de temps en temps, mais comme une céréale, comme je mangerais du riz par exemple, donc pas à tous les repas. Aussi, je pense qu’en manger de temps en temps, comme le chocolat, ou les autres choses que tu aimes, peut être bénéfique si tu en as vraiment envie. L’idéal c’est d’opter pour des produits maison ou alors s’ils sont du commerce, s’assurer qu’il n’y a pas d’additifs ou trop d’ingrédients. Encore une fois, c’est un équilibre à trouver et personnellement, j’adore le chocolat et je me vois mal vivre ma vie sans, alors j’en mange, avec modération, comme tout le reste. :) Il est inutile de se priver, de se frustrer, par contre, on peut trouver des compromis et finalement découvrir de belles choses. Par exemple, dans mon cas, j’ai peu à peu mis le café de côté (sans me dire “aujourd’hui j’arrête le café) pour du lait d’or (lait chaud au curcuma), d’abord pour ses bienfaits puis pour son goût dont je raffole désormais. En douceur, sans frustration, avec plaisir. :)
      Je t’embrasse,

      Lili

  12. Virginie says:

    Merci beaucoup pour ce message rempli d’informations précieuses pour moi !! J’ai découvert il y 2 semaines que j’avais une candidose sans savoir vraiment ce que c’était. J’ai aussi une intolérance au gluten, à la levure de boulangerie et aux fruits de mer. Et mon corps est beaucoup trop acide. Ça fait beaucoup à intégrer !! La cousine de mon mari, qui suit des études de naturopathe, m’a conseillé de commencer un régime anti-candidose et surtout de m’écouter pour apprendre à définir ce qui me convient ou pas et par la suite je devrais réintégrer un à un les aliments pour voir comment mon corps réagit. Mais elle m’a aussi dit que mon alimentation ne serait plus jamais la même et que j’allais devoir faire un gros travail sur moi ! C’est ce qui sera le plus difficile je pense.. Je n’ai commencé que lundi et je suis encore un peu perdue par rapport aux idées de repas (plus de repas végétariens et sans gluten) mais pour l’instant, bizarrement, malgré mes très nombreuses envies irrésistibles habituelles de sucre, je ne me sens pas frustrée. Pourvu que ça dure !! L’avantage c’est que je vais maigrir !! ;) (j’ai une 20aine de kilos à perdre).

    • Lili says:

      Bonjour Virginie,

      Merci beaucoup pour ton message. :)
      Les intolérances alimentaires vont souvent de pair avec la candidose, quant à l’acidité du corps, c’est une évidence…
      C’est pourquoi, guérir d’une candidose revient à rétablir l’équilibre dans son corps : équilibre physique, mais aussi émotionnel et mental.
      C’est très important de s’écouter et si je t’encourage avec ce régime alimentaire qui donne un coup de fouet au corps, je t’invite à ne pas te brider et à garder en tête qu’il faut t’aimer et te respecter avant tout. Donc mange dans la bienveillance surtout et si l’envie de sucre est présente, ne te refuse pas un fruit au risque de tomber dans quelque chose que tu ne maîtrises pas.
      Je t’embrasse,

      Lili

  13. Boomerang says:

    Merci pour cet article qui me fait me poser quand même quelques questions car je me reconnais dans certains symptômes…
    Petite question car chez moi le lien ne fonctionne pas : pour les tests sanguins, qu’est ce qui doit mettre la puce à l’oreille ?
    Encore merci

    • Lili says:

      Mais de rien… :)
      Je ne comprends pas trop ta question. Les tests sanguins sont des tests spécifiques qu’il faut se faire prescrire par un praticien qui connaît la candidose. Ce ne sont pas de simples tests comme on a l’habitude d’en faire. Ils doivent être réalisés par des labos spécifiques et c’est ce qui fait qu’ils sont coûteux.
      Bien à toi,
      Lili

      • Boomerang says:

        Je pensais que ça se marquait, par exemple, par trop de sucres dans le sang, ou une immunité en baisse ou quelque chose du genre.
        Je n’avais pas compris qu’il fallait faire une analyse spécifique pour débusquer une éventuelle candidose.
        Merci de ces éclaircissements !

  14. Marion says:

    Hello Lili, cet article est une petite pépite, vraiment.

    Je commençais à me décourager et à re-craquer (visiblement bien plus rapidement que vous toutes car je suis diagnostiquée candidose + intolérances aux œufs, au lait de vache et soja jaune depuis à peine un mois…). En effet je souffre de tous les symptômes cités en début d’article depuis janvier 2017. Je suis passée par tous les diagnostiques et régimes “colon irritable” “intestins perméables” “régime SANS gluten, lait, FODMAP’s” des détox et j’en passe… Comme vous le dites si bien, plus de frustration qu’autre chose.
    Je suis désormais suivie par une diététicienne depuis 2-3 semaines (mais les séances et les traitements ont un coût assez conséquent…) et j’ai commencé par un nettoyage du foie et la je prends 2 compléments naturels par repas contre la candidose + des enzymes digestives encore jusqu’à lundi, puis je commence un traitement pour refaire la flore intestinale.
    Dans un énième élan de désespoir j’étais sur le point de prendre rdv avec un allergologue et un gastro car je ne voyais aucune amélioration et je me disais que c’était autre chose… Mais j’ai reçu la notification de ton article. La vie est bien faite.

    Ton article, Lili, m’a réchauffé le cœur (oui oui), et rassurée. Déjà sur le fait que je ne suis pas la seule, mais également pour toutes les précisions que tu as apporté sur cette maladie peu connue. Je me suis totalement retrouvée dans tout ton récit (et c’en est très troublant d’ailleurs). Je prends désormais cette candidose au sérieux (car j’étais plus centré sur mes intolérances alimentaires) tout en essayant de diminuer mon stress et traiter mes petits tracas internes en suivant un bon psy pour quelques séances, ça va me faire du bien !
    PS: j’ai acheté ton petit livre pour m’aider dans mes recettes maison, je le commence en me couchant avec.

    MERCI et que la force soit avec nous :) :*

    • Lili says:

      Coucou Marion,

      Merci mille fois pour ce message ô combien touchant !!
      Quel parcours !! Je comprends que tu te retrouves dans mes mots, je me retrouve dans les tiens. ;)
      De ce que je lis en tous cas, tu es sur le bon chemin, vraiment, alors ne te décourage pas !!
      La candidose, c’est long à éradiquer, ça peut même prendre des années. Mais on n’est pas en souffrance tout ce temps-là. Car dès que l’on sait ce que c’est, quand on a pris la bonne route et qu’on sait qu’on peut ressortir plus fort de l’épreuve, alors ça passe mieux. :)
      Je reste à ta dispo si besoin. :)

      Je t’embrasse,
      Lili

  15. Corinne says:

    Bonjour,
    Merci pour cet article (et les autres ;)
    Qu’en est-il de la prise des probiotiques pour rééquilibrer la flore intestinale ?
    Bien à vous

    • Lili says:

      Bonsoir Corinne,

      Je suis pour ! ;) Mais pas dès le début. Je pense qu’il faut dans un premier temps nettoyer l’organisme et ensuite le renforcer avec des probiotiques. Car mettre des bactéries sur un terrain pas sain et non fertile, ça ne sert à rien. On peut se tourner vers des probiotiques de qualité quand on se sent mieux, signe que le candida rebrousse chemin… Enfin, je les trouve particulièrement utiles quand on est guérit de la candidose mais qu’on sent qu’une petite rechute est possible. Cela a été mon cas par exemple pendant ma grossesse. Je connais bien mon corps maintenant et je sens quand le candida albicans a envie de frapper à la porte. Je fais alors une petite cure de jus et de probiotiques et je me sens rapidement mieux. :)

      Bises,

      Lili

  16. Geraldine says:

    Merci pour cet très bel article! Mon diagnostic de candidose date de 2012 et j’ai comme toi essayé plusieurs diètes anti-candidose avec compléments naturels…mais à chaque fois, je n’ai pas pu tenir la route plus de 4/5 mois et cela m’épuise. La médecine chinoise et l’homéopathie m’ont ouvert une porte de sortie. Et c’est vrai que les mycoses récidivantes apparaissent dans les moments de stress ou d’abus alimentaires. Mon médecin, ma gynéco et même une naturopathe que j’ai consultée me proposent de prendre du Mycoster ou Fungizone…j’ai déjà repoussé mais je me demande vraiment si ça ne vaut pas le coup d’essayer…j’aimerais apaiser ces crises avant de tomber enceinte….que me conseillerais-tu? Un grand merci d’avance, Géraldine

    • Lili says:

      Bonjour Géraldine,

      Merci pour ton message et ton partage d’expérience !
      Il semblerait que tu sois sur la bonne voie !!
      Je ne peux pas vraiment te conseiller, je n’ai jamais pris d’antifongiques de ce type. Je te recommande d’envoyer un message à Anaïs du blog greendelight.fr qui elle en a déjà utilisé. Elle pourra te donner son retour.

      Je t’embrasse !
      Lili

      • Erinna says:

        Bonjour Géraldine pour ma part j’ai essayé tout ces fongicides qui n’ont eu aucun effet à part empirer mon état. Je te dirais de te tourner vers le naturel. Néanmoins je ne suis pas médecin et chaque cas est different

  17. Anne says:

    Superbe article qui résume bien tout, merci ! Pour moi, le message de la candidose aura été de savoir m’affirmer, prendre soin de moi, avoir confiance en mes qualités, poser des limites et ne pas me laisser envahir en effet. “Servir sans faire litière de soi-même” comme me le disait le Yi-King (livre/oracle de sagesse chinoise).

    • Lili says:

      Coucou Anne,

      Quel chouette message, merci !! C’est beau d’avoir le témoignage d’une personne qui a cheminé et qui sait aujourd’hui ce que lui a apporté la candidose !!
      Merci encore. :)
      Je t’embrasse,

      Lili

  18. Laeti says:

    Bonjour, moi aussi la candidose me pourrit la vie ! Quand vous dites un medecin specialiste de la candidose…quel est sa profession svp ? Infectiologue, naturopathe….
    Je n’en peux plus, cela fait un an de restrictions alimentaires, de ne plus avoir de vie sociale normale bref… je me soigne seule et ne sais qui aller voir.
    Merci pour votre témoignage et votre reponse.

    • Lili says:

      Bonjour,

      Cela dépend des médecins. Certains sont généralistes, d’autres nutritionnistes ou homéopathes. Il faut cependant qu’ils soient sensibles à la candidose. Je recommande souvent les naturopathes car eux entendent parler de candidose durant leurs études. Avant de prendre RDV, assurez-vous que le professionnel de santé sait de quoi il s’agit et a l’habitude de traiter ce genre de pathologies. Le mieux est de demander directement au téléphone.

      Bon courage !!
      Bises,
      Lili

Laisser un commentaire